The dick’s law !

we-can-do-it-rosie-the-riveter-poster1

Il y a des moments dans la vie de chaque marocain où on ressent ce qu’on appelle bien chez nous « L7ougra »
certains la vivent tous les jours à la gare de train quand les gens passent devant eux sans faire la queue
d’autres aux commissariats quand le policier les fout à la porte parce qu’ils ne connaissent pas « les bonnes personnes »
d’autres au Hamam parce que Tyaba a pris leur place pour la donner à une grosse dame qui elle, paie mieux !
moi, je l’ai ressenti ce matin
devant l’écran de mon ordi
ma tasse de café en main, mes yeux encore à mi-clos, j’ai regardé le reportage d’Al Jazeera sur les méres célibataires au Maroc , et le sentiment de 7ougra n’a fait qu’augmenter pendant les 50min du reportage
j’ai senti le dégoût, la honte, la tristesse, la rage, la fierté pour ces femmes, et 7ougra sur ma propre personne
Hanane 3 ans ma cadette, séduite par un homme qui l’épouse sans l’aval de sa famille, lui fait un enfant , et se barre
Halima emportée par les rêves de maternité par un homme qui ne voulait plus entendre parler de son propre fils…
des filles jetées à la merci des chiens de rue, payant pour une erreur qu’ils ont commis à deux,
des enfants que la société réclame d’abandonner, au lieu d’affronter la « honte » que ces filles apportent à la famille
des enfants qui crient le nom d’un père qu’ils ne connaîtront jamais ,
des enfants qui sourient aujourd’hui, mais qui ne souriront plus demain, parce qu’ils paieront pour la faute de leurs mères qu’ils détesteront un jour, parce que la société a donné raison au « mâle » et pas à la femme
et je regarde ce reportage , et ça m’offense encore plus
des témoignages poignants, ce que ces femmes endurent dans les hôpitaux
ce que leurs familles leur infligent
comment elles ont vécu ce jour d’accouchement qui est sensé être le plus terrifiant mais aussi le plus beau jour de la vie d’une femme
comment elles ont trouvé refuge auprès des bonnes soeurs, non pas à la mosquée, non pas chez leurs propres familles
et ce sentiment de rage augmentait au fur et à mesure que je n’entendais pas parler de ces hommes
ces femmes ne se sont pas envoyées en l’air seules
ces enfants ne sont pas tombés de l’arbre avec la pomme
mais personne ne blâme l’homme
personne ne va le chercher
personne n’en parle
parce que l’homme n’a rien perdu aux yeux de la société

Morocco-Berber-420x0et ça m’emmène à vous dire que nous sommes gouvernées par une « queue »
et je blâme pour cela les mères qui ont éduqué leur fils à être « supérieur » par son sexe
à ne pas ranger la table parce qu’il est « rajel * »
à lui offrir des capotes parce qu’il est « rajel »
à rentrer et sortir quand il veut parce qu’il est « rajel »
à gérer la vie de sa grande soeur parce qu’il est « rajel »
ce concept de merde, d’être un rajel me révolte au plus haut point
que des femmes, et par conséquent toute une société mette un homme sur un trône, excuse toutes ses bêtises parce que c ‘est un mâle , ne trouve aucun sens à mes yeux
et je ne vous ai jamais parlé du cas Amina, je ne vous ai jamais parlé des femmes violées mariées à leur violeur parce que j’ai toujours pensé: qui suis je pour écrire sur elles, du haut de mon bureau, tranquillement à siroter mon latté et taper des mots d’indignation, et j’ai mis mon silence sur le compte de la pudeur
mais aujourd’hui je dis qu’il y’en a marre
marre de voir une société écraser un enfant et sa mère et vénérer un homme et son sexe
marre de sentir l7ougra tous les jours quand je mets une chaîne nationale
marre de voir ses héroïnes du quotidien ramener au rôle de prostitués par une société qui se proclame juge et bourreau
marre de me voir, rien à faire en observatrice et critique
et je ne crois pas aux changements
et je ne crois pas aux belles paroles, et à l’espoir d ‘un Maroc meilleur
un Maroc meilleur est un pays où aucune petite fille ne souhaiterait être née garçon
où aucun violeur ne sera soulevé sur une 3emaria
où aucun juge ne dira à une fille: accepte pour ne pas faire honte à ta famille
où aucune famille ne prendra sa fille par la main pour l’emmener à sa mort
où aucune mère ne dira à sa fille: écoute ton frère houwa li rajel
où aucune mère ne dira à sa fille: lui n’a rien perdu contrairement à toi
où aucune femme n’acceptera de se lier à un homme qui la juge
où aucun homme qui a vécu sa vie en large et en comble ne viendra chercher la sainte nitouche en haut d’une montagne de l’atlas
le changement ce n’est pas un TGV , le changement c’est une greffe du cerveau

Comment croire à un changement quand la moitié d’un pays souffre de maladie mentale sévère ? le marocain te dit, si tu n’écartes pas les jambes tu es une prude et une menteuse, si tu les écartes tu es une salope et tout le quartier est passé par là
Comment croire à un changement dans un pays où une femme comme Aicha Chenna qui a consacré sa vie à trouver un travail et aider des femmes pour que plus jamais une mère ne soit séparée de son enfant, est traitée de proxénète
Comment croire aux changements quand j’entends ces femmes dire, que ce qui est arrivé est entièrement de leur faute, qu’elles sont « mal éduquées » et idiotes, parce que la société les a convaincu de leur infériorité… depuis quand nous avons tort de croire en l’amour, en la bonne foi, en « roujoula » quand on a 18ans !!
Tant qu’un enfant engendré hors les liens du mariage est la responsabilité de la femme seule, tant qu’un viol est la faute de la victime, tant que les hommes se serrent la main en se disant wa 3ibna wa7ed moi j’emmerderais la « queue’ qui nous gouverne et celui qui la dirige vers moi!!

Une marocaine en colère

Soyez le premier à laisser un commentaire

Current month ye@r day *