Sister pact

Août 1994

 

Quand j’étais petite fille, avec ma soeur on avait un jeu … le peu que l’on puisse dire c’est qu’il était « dangereux » , le danger résidant dans le fait qu’on ne jouait pas avec une poupée , mais avec le corps bien vivant d’un petit cousin, le jeu consistait à le faire tourner dans les airs avant de le lâcher , pour que l’autre le réceptionne, on se souciait peu de la « vie  » du petit cousin, le but du jeu était la « synchronisation » de nos regards, savoir quand lâcher , savoir que l’autre allait attraper

Omar lui, criait de peur , mais aussi souvent d’excitation …

Trois de nos  étés ont toujours été rythmés par ce jeu

Lamia , Omar et moi

On se retrouvait dans la terrasse de notre ancienne maison à Rabat , on avait souvent des spectateurs , des cousins moins âgés  qui menaçaient de nous balancer aux parents si on ne les laisser pas regarder , Lamia les menaçait  de remplacer Omar par l’un d’eux ; ça les a toujours calmer

Lamia et moi, nous balancions Omar , dans une synchronisation royale , elle l’a toujours attrapé , je l’ai toujours lancé au moment où elle m’a fait signe , et on a toujours fini la nuit sur les genoux de ma grand mère, Omar lui vomissait dans les toilettes au grand dam de sa mère qui ne comprenait pas ce qui lui arrivait.

A chaque fois que quelqu’un voulait jouer avec nous, ou faire le même jeu que nous , Lamia s’énervait , elle disait qu’ils risquaient de le tuer , moi je trouvais cela vaniteux , je me disais que si on pouvait garder Omar en vie, les autres le peuvent aussi , et que Lamia était le gardien de notre jeu sacré , pour garder un mythe .. jusqu’à l’été 97, Lamia a été envoyée en colonie de vacances officiellement (bootcamp dans la vraie vie) et je suis restée seule avec mes cousins , Zakaria a insisté pour remplacer Lamia , il a juré craché qu’il était un pro, qu’à force de nous regarder jouer , il savait …

Il faisait chaud, ma soeur me manquait , ou tout simplement je  m’ennuyais…je ne sais plus pour quelle raison j’ai accepté ..

On a commencé le jeu , Omar s’est retrouvé chez Zak en un rien de temps , j’ai souri, il me l’a renvoyé , je l’ai attrapé , il m’a fait signe de le lancer une autre fois , ce que j’ai fait , quand il a reculé , et a laissé Omar se fracasser sur le sol de la terrasse ;…

Nous sommes tous restés stoïques un bon moment, moi pétrifiée, Zakaria amusé, le corps inanimé de Omar par terre , mon coeur s’est arrêté de battre, une voix s’est levé en criant : man down…….ils l’ont tué !!

le cri d’Omar m’a sorti de mon choc , il était vivant, je ne pouvais pas bouger de ma place, les cris ont attiré les adultes …. j’ai pris la raclée de ma vie, Omar s’en est sorti avec un énorme pansement sur le front et un autre sur le nez .. Zakaria a nié avoir participé à ce jeu, son père l’a quand même fracassé à coup de ceinture, pour être le seul adulte présent et ne pas avoir arrêté ce jeu …et moi j’en suis sortie avec une grande leçon de vie ..

Omar n’est jamais tombé  avant , non pas parce que la synchronisation était parfaite , il n’est jamais tombé auparavant non pas parce que la règle du jeu était claire et applicable

Il n’est jamais tombé avant, parce que à chaque fois que je le lançais et je savais pertinemment que Lamia le rattraperai , et à chaque fois qu’elle me le lançait elle savait que je ferais tout pour le rattraper , on avait signé un pacte invisible de confiance qu’on honorait à chaque lancée …

La vie est faite de Lamia , d’Omar, de Zak et de gens comme moi

Il y’aura toujours un inconscient qui se laissera « jouer avec », des gens qui prennent des risques démesurés, et des malins qui se foutent des règles du jeu ..

Et c’est ça  la leçon de vie, il ne s’agit pas d’établir des règles du jeu dans la vie, il s’agit de choisir les gens avec qui « jouer » , choisir les gens qui rattraperont toujours « Omar » parce qu’ils ne jouent pas… ils honorent un pacte

Une marocaine nostalgique

1 Comment

  • Répondre avril 26, 2015

    Abdel

    ça se sent que sa vient du cœur

Répondre

Current month ye@r day *