Qu’est le temps ?

Crédit photo: Mehdi Achek Daoudi

Crédit photo: Mehdi Achek Daoudi

Il l’embrassa, elle rougit, et petit à petit elle se consuma sous ses baisers, elle brûla petit à petit pour son propre plaisir.

Il l’écrasa dans le cendrier et saisit une autre dans le paquet , la vue de Manhatan sous ses pieds le laissait indifférent, il faisait tourner son verre de whiskey delicament..

4  baisers pour sa cigarette

Une gorgée de scotch

Une robe noire, un collant , une petite culotte déchirée  traînaient par terre, une paire d’escarpin noirs laqués, un jean , une chemise sans boutons traînaient sur le canapé

La voix de Nina Simone inondait la pièce ,son son jazzy était parfaitement à sa place dans la ville du jazz, par cette nuit noire du mois d’octobre

Manhatan faisait semblant de dormir sous ses pieds , les buildings se livraient une course acharnée à la hauteur , et la gloire … tout comme les hommes qui les ont construits , tout comme les hommes tout court …

Le corps sublime d’une brésilienne traînait sur son lit , elle dormait nue, et la lumière de la ville dessinait ses belles courbes , ses longs cheveux noirs habillaient son dos et son odeur remplissait la pièce , de ce parfum doux qui lui faisait penser à la douceur des nuits d’été.

Elle s’appelle Roberta, elle a 34 ans, elle travaille dans un cabinet d’avocats à New york, son objectif est de devenir associée,  elle a 2 enfants , Yann 3ans  et Lydia 5ans  qui vivent avec leur père dans le New Jersey , un berger allemand « Sam » qui vit avec elle dans son sublime loft à Brooklyne, elle a utilisé le mot « sublime » pour définir bien des choses dans sa vie: son loft, sa voiture, son chien, ses dernières vacances en Espagne, la musique dans le bar ,

Il l’a rencontré il y’a 5h dans un bar au coin de la 11éme et Madison,il a finit là-bas après une dure journée de négociations, il savait qu’il ne trouvera pas le sommeil avec le jet lag, le stress et puis surtout son incapacité à rester seul , pendant les nuits noires d’octobre

Elle buvait seule au comptoir ,c’est son verre de scotch qui l’ a attiré d’abord , une femme qui boit du scotch sans glaçons… à ce genre de femme il a toujours été fidèle.

Il aime écouter les femmes, il aime connaitre les histoires de ces femmes qu’il déshabille

Roberta s’est marié très jeune, par amour, à son amoureux de fac , ils vécurent heureux pendant 5 ans dans une maison au New jersey , elle aimait le calme et la sérénité de sa vie, jusqu’au jour où elle a réalisé qu’elle n’a pas choisi ni la maison, ni la vie qu’elle menait , qu’elle a suivi son amour , le rendre heureux la rendait heureuse , et puis un jour elle a cessé de l’aimer et a commencé à s’aimer encore plus, le rendre heureux était le dernier de ses soucis , ils ont fait des thérapies de couple, essayé des voyages à deux , tenté une séparation temporaire et puis ils finirent par cesser de faire des efforts l’un comme l’autre et ils divorcèrent .  il a gardé les enfants parce qu’il les aimait plus qu’elle…

- Ton mari aime tes enfants plus que toi ?? tu n’as pas honte de dire ça  ?

- Ex mari je t’en prie !!! dit-elle en éclatant de dire, et oui il les aime plus que moi, il faut savoir dire les choses, j’adore mes enfants !!! mais je ne les aimerais jamais comme Alban les aime , c’est un fait , donc pour leur propre bien être je ne me suis pas battue , j’aime rentrer au calme chez moi, retrouver mon chien et trainer nue dans mon loft …

A cet instant il a su qu’il allait la voir nue ..

Et la voici , nue dans son lit d’un soir …

On lui disait qu’il avait un « genre » , brune , au corps sublime , intelligentes , rebelles , c’est peut être à cause de leur rébellion que ça ne durait jamais

c’était ça ou son infidélité .. il ne saura jamais …

le psy de sa mère lui a un jour dit : tu la cherches dans toutes les autres femmes

Il a répondu : On cherche ce qu’on a perdu , moi je n’ai rien perdu

Les gens le pensaient triste et mélancolique et avaient cette fâcheuse tendance de l’analyser,

Lui vivait sa vie, il savait qu’il n’était ni le premier homme ni le dernier , il continuera à coucher avec des femmes brunes , belles et intelligentes, parce que c’est ça son type ….

Il ne se « pose » pas , parce qu’on ne peut pas se poser quand on vit dans une valise , et puis les femmes brunes, belles et intelligentes avaient toutes un point en commun, elles l’ennuyaient vite …

Il jeta un coup d’oeil à sa montre et se leva d’un bond, pour prendre sa douche

Ce moment de la journée était son « second » préféré , la sensation de l’eau sur son corps et dans ses cheveux… il pouvait fermer les yeux et rêver … il s’autorisait 2 min de rêve par jour, c’était ça son jardin secret que personne ne connaissait

Il rêvassait à la maison de plage, aux longues balades , au coucher du soleil et à cette période de sa vie où il a été heureux ..

Il l’entendait encore lui dire : Tu t’inquiètes trop ! à quoi bon savoir combien de temps dure le bonheur ? qu’est le temps quand on a vraiment vécu???

et elle l’embrassait entre les yeux

qu’est le temps quand on a vraiment vécu ?? trop facile à dire quand on se barre du jour au lendemain ….

Une belle phrase à la con !

Il saisit sa serviette et l’enroula à la taille, regarda longtemps son reflet dans le miroir ,hésita un moment mais  ce visage sombre était bien le sien

ces cernes et ces rides c’était bien sa propriété

il décida de ne pas se raser

enfila une chemise et un jean, et s’alluma une cigarette devant les grandes baies vitrés

Qu’est le temps quand on a vraiment vécu ?

Il n’avait pas réponse à cette question à l’époque et intelligente qu’elle est elle ne l’a pas posé comme telle …

Maintenant il sait ce qu’est le temps quand on a vraiment vécu

c’est long …

Et rempli de brunes, inteligentes et sexy ..

et rempli de whiskey , et de paquets de Marlboro

 

Il embrassa encore sa cigarette , comme pour défier la brune intelligente , il pouvait presque voir son regard réprobateur , ce regard qui a fini par gagner et le pousser à mâcher des chewing-gum à la con pendant des années ….

 

Les premières lumières du jour commençaient à colorer les grattes ciels, il saisit la feuille du room service et commanda un petit déjeuner pour la brune,

saisit sa veste et son sac ,

- Tu ne vas pas me dire au revoir ? ni me demander qu’on soit amis facebook? après cette nuit de bonheur , tu t’en vas sans un mot ?

Il lui força un sourire et dit: qu’est le temps quand on a vraiment vécu Roberta?

Dans le taxi qui le ramenait à JFK il checka ses emails, vérifia pour la énième fois qu’il n’avait pas de RDV à son atterrissage, et calcula le temps qui le sépare de sa prochaine cigarette à l’entrée de l’aéroport

il finit par proposer au chauffeur indien un deal, 100 dollars contre l’autorisation de fumer , et il fuma !

A l’aéroport il pris autant de cadeaux qu’il pouvait , et dans son avion il réussit enfin à dormir .. il ne pouvait pas attérrir avec une mine aussi effroyable  … 8h de sommeil ça ne pouvait que chasser les km de cernes …

La main de l’hôtesse le réveilla doucement : Monsieur, on va attérir à Casablanca dans 30min …

et 1h après il marchait vers la Mercredes noire , la porte s’ouvrit et une petite tête brune courut vers lui

Il l’a pris dans ses bras et la serrant très fort il lui dit : Je voulais te faire une surprise dans ton lit petite princesse!!

Elle se blotti  contre son torce : J’ai vu tonton Hamid lavait la voiture hier, je savais que tu venais ! et puis on est le 22 c’est aujourd’hui qu’on part voir maman !

il l’a pris par la main pour la faire monter dans la voiture , elle avait pris des lys blanches posées sur le siège arrière

Hamid sans dire un mot les conduira au cimetière , Mya racontera sa semaine à sa mère

et lui

Lui , lui dira encore une fois qu’il ne cherche pas ce qu’il a perdu, parce que finalement qu’est le temps quand on a vraiment vécu ?

 

 

3 Comments

  • Répondre décembre 30, 2015

    KRM

    Je pense que ce genre d’article ne te va pas. Je n’ai pas pris plaisir à le lire parce que j’avais l’impression de lire une histoire cliché sur un homme aux cotés sombre brisé etc.. C’est so 2014. Je pense que tes meilleurs articles sont ceux ou tu parles de toi, tu le fait si bien. Comme  » rest in peace old me  » ( ce n’est que mon avis perso )

  • Répondre janvier 11, 2016

    karima

    Hello Leila,

    Pareil pour moi, je rejoins l’avis du précédent commentaire. Je préfère de loin quand tu parles de toi-même, on sent que tu y vois plus clair. J’avais entendu quelque part une fois dans le passé que lorsque l’on arrive à nommer correctement ses propres états d’âme et les différencier (Sad, frustrated, annoyed, nauseous) on aura fait un énorme pas envers la compréhension de soi. Je pense que tu y es. Lorsque tu parles de toi-même, tu maitrises le sujet, c’est comme si l’on te demandait de décrire ton propre portrait.

    Maintenant, lorsque tu parles des autres, je sens que c’est une autre plume. Je sens un énorme désordre dans cet écrit ; un désordre d’idées, beaucoup d’hésitation. L’autre dans tes écrits est équivalent à l’autre dans la vraie vie, on ne le connait pas, on ne le cerne pas. Mais, lorsque l’auteur se positionne en vision omniprésente, on attends plus de maitrise, un plus grand coté de dieu qui connait tout, donc on se perd un peu dans ton écrit.
    En tout cas, j’aime beaucoup ton style, je guette toujours tes nouveautés, et je t’encourage :)
    Etant moi-même une personne qui écrit beaucoup, c’est incontestablement la passion qui permets à l’auteur d’être aussi délivré que possible et être en paix avec son être.

    Gros bisous :D

  • Répondre mars 24, 2016

    Lilou

    Je me permets de laisser un commentaire car je ne suis pas d’avis avec les premiers; il s’agit d’un avis personnel. Moi j’aime quand tu portes le masque d’un autre et que tu nous décris un instant de sa vie à travers son regard. Je trouve que tu le fait de manière assez succincte (mais dans le bon sens du terme), comme il ne s’agit pas de « toi » il n’y a pas de sentiments, de passé,….Tel un metteur en scène le ferait, le personnage et son histoire sont posés, dans un environnement, à un instant précis et tu as la capacité à travers des faits, d’une description à nous faire découvrir ce moment tel des spectateurs face à une scène; une vraie prouesse et signe de talent. Aussi notre génération et mode de vie fait qu’il m’arrive de me reconnaître ou reconnaître une personne proches dans tes récits!
    Une fidèle lectrice qui t’encourage à continuer la mise en scène.

Répondre Cliquez ici pour annuler la réponse.

Répondre à KRM Annuler la réponse.

Current month ye@r day *