Le « fun », c’est quoi ?

Crédit illustration: Garance Doré

Crédit illustration: Garance Doré

Leila aime dire que les Québécois sont génétiquement sympathiques. Comme tous les Français, elle aime bien relever les expressions un peu particulières des “cousins canadiens”.

 

Par relever les expressions, Félix veut dire, frôler l’arrêt cardiaque devant ce “français” un peu “anglais”, et puis qui suis-je pour “analyser” le français moi qui vous fais mal aux yeux avec mes fautes d’orthographe ! Mais then again, j’ai le droit de “relever les expressions” de mes cousins canadiens… just because I can !

 

Ma petite sœur a emménagé à Montréal depuis bientôt quatre mois, et sa plus grande hantise n’était pas de mourir de froid, mais de choper l’accent canadien… parce que les Québécois, même s’ils sont génétiquement sympathiques… comment dire… ils n’ont pas l’accent le plus sexy de la planète… et ma sœur tenait à rester sexy…

 

Donc ce matin, en route vers le brunch, Leila nous annonce que sa petite sœur est allée faire les magasins à Montréal et qu’elle dit avoir trouvé que “c’était le fun”.

 

Ma petite soeur a dit : C’était le fun ! Molière s’est retourné dans sa tombe !

 

Je ne comprends pas pourquoi la nation du shopping, du parking, du footing et du lifting accroche chaque fois que les Québécois emploient un mot anglais qui ne se termine pas en -ing. Mais celui-là, j’allais pas démordre. Tu veux qu’on dise quoi pour exprimer qu’une chose, une activité, un moment est “le fun”, procure du plaisir? J’imagine qu’en bon français, il faudrait dire, “c’est cool”, “c’est top”, ou mieux, “ça déchire”?

 

Ah la la! tout de suite le contre-exemple du parking et du shopping. Et en bon français le mot cool ne serait POINT utilisé, mais pourquoi se braquer ? Après tout je ne suis pas Française, et puis le concept du “C’est le fun” soudainement ne sonnait plus “chelou”, ça pouvait même être chouette, grisant et, pour faire dans l’original, ça pouvait l’être. Soyons “originaux” faisons de “c’est le fun” le nouveau Chanel ! Mais pour ce faire, faut comprendre le concept, parce qu’aussi simple que ça puisse sonner, c’est le fun est bel et bien un concept !

 

Commençons par le début : une chose est sûre, on ne dit certainement pas “c’est fun” mais bel et bien “c’est LE fun”. La raison est fort simple. La vie est trop courte pour qu’on l’approche avec une définition toute faite, pré-conçue, de ce qui procure du plaisir et de ce qui n’en procure guère. Ainsi, pour savoir, il faut vivre, il faut goûter, toucher, expérimenter. Et c’est seulement dans cette expérience des choses, plaisantes ou non, que l’on peut découvrir celles qui, ensemble, constituent l’univers de ce qu’est “LE fun”.

 

Je vous donne quelques exemples, parce qu’une image vaut mille mots (ça, c’est surtout pratique pour ceux qui ne savent pas lire) :

  • Manger une glace : c’est le fun.

  • Échapper sa glace sur le trottoir juste devant le vendeur de glace et sous le regard des gens qui font la queue pour avoir la leur : pas le fun.

  • Rencontrer une meuf charmante, brillante, souriante, presque parfaite : c’est le fun.

  • Se rendre compte que son copain qui fait deux mètres et cent kilos de pur muscle est juste derrière et qu’il a pas l’air d’apprécier notre appréciation de SA meuf : pas le fun.

 

Vous voyez où je veux en venir ? C’est comme en maths à la petite école, y’a deux ensembles : celui du FUN et celui du PAS LE FUN. À mesure qu’on vit des choses, on les place dans un de ces deux ensembles. Quand on commence à avoir un peu d’expérience ou de maturité, on peut ajouter des nuances: “un peu le fun” ou “pas trop le fun”, “pas pire le fun” (positif) ou “pas le fun pantoute” (négatif).

***

Et ce dimanche à Paris, il a fait beau. Froid mais beau. Et j’ai senti que cette journée, ça pouvait être le fun… Je commençais à choper le concept, et quand je chope un concept, je le mets en application. Parfois un peu trop… et quand ça arrive c’est pas le fun du tout !

 

Enfouis dans mes poussiéreux souvenirs, il y avait ces bédés qui juraient avec les Astérix, Lucky Luke et Tuniques bleues de mon enfance. Les dessins d’Enki Bilal, sombres à souhait pour accompagner les tourments d’adolescent, et avec une dose assez généreuse de sci-fi et de nudité, avaient laissé un certaine empreinte…

 

On s’est donc retrouvés aux Arts et Métiers pour l’expo Mecanhumanimal sur l’oeuvre de Bilal. Le mec est un déluré. Il sait dessiner, mais ça m’a perturbé. Et puis voir des dessins chelou de mec mi-homme mi-oiseau, c’était pas la fun. Pantoute !

 

Heureusement pour Leila, qui aurait préféré me traîner au cinéma pour passer trois heures à voir le beau Leonardo di Caprio essayer de gagner un Oscar en s’envoyant en l’air avec les meufs de Wall Street, le séjour aux Arts et Métiers (bel édifice, mais les toilettes schlinguent. PAS LE FUN.) fut bref et nous permit de prendre d’assaut les rues de Paris à la brunante.

 

Trois heures avec Leo Di Caprio, ça aurait été le fun GRAVE (nouvelle variante de c’est le fun, tiens), mais ne nous égarons pas, le but de ce billet est de faire du “C’est le fun” le nouveau Chanel.

 

Après le brunch et Bilal, donc, on a fait tout un tas de choses clairement “le fun” :

 

- Se balader dans Paris au coucher du soleil : c’est le fun !

- Arriver sur le Pont Neuf à 18h tapantes et voir la Tour Eiffel étinceler de ses milles feux: c’est ben le fun !

- Trouver pour quatre euros chez un vieux bouquiniste, Jean-Pierre, dont le stand est un véritable foutoir, un livre dont on a parlé plus tôt : c’est vraiment le fun !

- Danser comme des fous en Berges de Seine sur un bon vieux son rock ou encore chez Ta ta ta en tu tu : c’est le fun grave!

- Sortir du métro et s’apercevoir que le marchand de légumes est encore ouvert, prendre tout ce dont on a besoin pour faire un super potage, le faire à deux en buvant des dry martiniX et déguster le tout entre amis : c’est le fun en tabarouette !

- Chercher son dry martiniX et réaliser que “quelqu’un” l’a fini et a pris les deux dernières olives : pas vraiment le fun !

- Rédiger un billet de blog à deux en écoutant Aretha Franklin à la lumière des chandelles et de nos écrans de Macbook : c’est le fun et le fun, ça n’a pas prix !

 

… Tout comme Chanel d’ailleurs…

 

Une Marocaine et un Québécois génétiquement sympathiques !

6 Comments

  • Répondre janvier 20, 2014

    Lamirose

    Hahaha, j’ai envie d’ajouter mon grain de sel …croiser Juliette Binoche au monop et se prendre la tête avec elle pour histoire de caisse ouverte/caisse fermée…c’est pas le fun du tout !
    Le même soir croiser Brian M. de Placebo, faisant ses courses au bon marché …ça c’est vraiment le fun !

    • Répondre janvier 20, 2014

      Leila

      Lire ton commentaire en buvant mon thé detoxe c’est le fun en tabarouette !
      10ans que j’habite paris jamais croisé de star , ça c’est pas le fun ma poule :)

    • Répondre janvier 20, 2014

      Leila

      Lire ton commentaire en buvant mon thé detoxe c’est le fun en tabarouette !
      10ans que j’habite paris jamais croisé de star , ça c’est pas le fun ma poule :)

      • Répondre janvier 20, 2014

        Lamirose

        non seulement je l’ai croisé mais je lui ai carrément gueulé dessus :p
        Pose un peu ta tasse de thé et va trainer au supermarché …tu en croiseras des stars…that’s « le fun » ;)

  • Répondre janvier 20, 2014

    Mia

    Se faire larguer un mois avant la saint valentin c’est pas le fun du tout !
    Ta sœur qui t’offre des billets pour aller au concert du groupe préféré de ton ex ça c’est le fun en conserve !!!

    • Répondre janvier 21, 2014

      Félix

      du fun en conserve, c’est une maudite bonne idée ça! au québec, on dirait « du fun en canne », par contre. :-P
      lfb

Répondre

Current month ye@r day *