La saga de l’été : Just married (suite et fin)

set the night on fire by life like suicide

set the night on fire by life like suicide

 

J6 à 7h30: Assis tout seul dans le salon, je vois les membres de ma famille se réveiller les uns après les autres. même visage, même regard, même sourire gêné sur les lèvres. Ils ont tous choisi d’être là. Il y avait beaucoup de monde, même des personnes que je n’avais pas invité pour le mariage.
Moi, j’étais aussi bien habillé que pour le mariage avec ma djellaba blanche comme pour les jours de l’Aid. ce jour était un jour de fête, c’était le jour du divorce et la fin de ce cauchemar qui m’était devenu invivable.
J’avais une bonne mine, j’ai passé la nuit à prier et à chaque fois que je mettais mon front contre le sol, je restais des minutes à apprécier ma tête pesant des tonnes se vider petit à petit. c’était les seuls moments où je ne voyais pas d’images ou de flashs, des moments de silence visuel, une sorte de black out apaisant.

J6 à 9h30 : on arrive devant la maison de ma « belle famille », et là encore il y avait encore plus de monde et beaucoup de voitures…trop de monde pour un triste événement. Tous venaient me voir et me parler à tour de rôle, je ne les écoutais pas. Pour moi, une réconciliation était inenvisageable.
Parmi tous ces visages, il y en avait un qui possédait toute mon attention, celui d’un jeune qui s’est mis à l’écart. il m’évitait du regard. une seule question m’occupait l’esprit « Est ce son petit ami? Est ce le père de l’enfant qu’elle porte dans son ventre? Celui qu’il allait m’appeler Papa pour le restant de ma vie? ». J’avais une seule envie : Aller lui donner la note. Mais j’ai promis devant dieu de ne pas chercher à me venger car celui qui cherche la vengeance doit d’abord penser à préparer deux tombes et dans cette histoire, le jeu n’en valait pas la chandelle. Je décide donc d’oublier ce mec. j’ai une seule obsession: voir « ma femme »…la femme de ma vie de quelques jours. Au milieu de tout ce bruit, la seule voix qui est auditive, c’est le son des battements de mon coeur. Je ne vois pas ma femme, je vois des visages qui ressemblait au sien, mais pas elle ….

J6 à 10h15: On se dirige tous vers l’Aadoul, lentement, très lentement comme pour faire durer mon calvaire, je veux que tout cela finisse le plus vite possible.
On était tellement nombreux que je me me suis imaginé à la tête d’une armée, partant à la reconquête de ma liberté. Sauf que là, je ne guide plus, c’est moi qui suis guidé.
Je suis dans une voiture. le conducteur m’est inconnu, mais il me parle sans cesse, il ne tarit pas d’éloges sur ma femme, est t-il conscient du mal qu’il me fait? pense t-il que ce sont ses paroles qui me feront changer d’avis? une main se met sur mon épaule, c’était celle de mon petit frère, il était assis à coté de moi. il ne m’a pas quitté depuis ce matin tel mon ombre. c’est la première fois que je le vois sans sa voiture. Pourquoi il ne l’a pas prise? pourquoi il ne conduit pas sa voiture?

La dernière fois que je l’ai vu c’était le lendemain de mon mariage, il me l’avait prêté pour mon voyage de noce. Ah ce voyage! J’avais tout organisé sans en dire un mot à ma femme : un Ryad avec piscine privée à l’intérieur de la suite, ses fleurs préférés couvrant toute la pièce, et surtout…la demande en mariage.
Oui, vous avez bien lu, je voulais faire une deuxième demande en mariage. En effet, lors de la première avec toute la famille, dans les règles de la tradition on avait demandé sa main, moi ce que je voulais c’est qu’elle me dise si elle acceptait de devenir MA FEMME pour le restant de nos jours. cela devait se passer dans un restaurant. Le gérant devait prendre la parole pendant que je suis aux toilettes pour les soit disant 5 ans du restaurant et en lançant le vidéo-projecteur, c’est moi qui devais apparaitre à l’écran pour faire ma demande. Ce scénario, je l’ai écrit et préparé durant des semaines.

La route vers Marrakech était pour moi la route au paradis. Enfin, on allait passer un moment ensemble juste tous les deux. je me rappelle de ses yeux débordant de bonheur, cette petite rêveuse, cette petite princesse c’est la mienne, c’est la reine de mon coeur. je me rappelle d’avoir arrêté la musique, je ne voulais entendre que son souffle, je ne voulais sentir que sa présence, elle qui m’a tant manqué. elle que j’ai toujours attendu, elle dont j’ai toujours rêvé. elle que j’ai voulu femme, maitresse, mère et amie. qu’est ce qu’elle me manque! …

J6 à 10h45 : Dehors, la ville est triste. Les gens nous regardent, me regardent, m’attendent. j’ai l’impression que le monde s’est arrêté en attendant que je retrouve ma liberté et ma vie d’avant. et là, on passe devant cet arbre qui a été témoin de notre premier baiser. Ce baiser qui a changé ma vie. J’ai toujours cru qu’un baiser ne ment pas, qu’il valait tous les mots du monde. avant ce premier baiser, nous nous étions jamais dit « Je t’aime », mais on n’en avait pas besoin. ses douces lèvres m’ont flingué le coeur, ont arrêté le temps pour quelques instants et m’ont changé à jamais. C’était la première fois de ma vie que j’embrasse pour de vrai, j’ai découvert ce jour là le goût des lèvres de ma femme.

J6 à 11h: On est enfin arrivé! le lieu est en ruine tel un champs de bataille! que se passent t-il? je sens un parfum qui ne m’est pas inconnu! un parfum cher à mon coeur, un parfum que je n’ai pas senti pendant 20 ans…le parfum de mon père. Je dis à mon frère que j’avais envie de parler à ma femme immédiatement. Il me demande de patienter, de rester calme et le suivre. Je le suis, je suis la foule, Je suis des inconnus. Le jeune que j’ai vu tout à l’heure est là à quelques mètres de nous, imitant mes pas. et son visage me devenant de plus en plus familier. On arrive enfin! tout le monde s’arrête de marcher! sauf moi! j’avance encore, et là je la vois! enfin! je vois ma femme! toute belle dans sa robe blanche de mariée qu’elle n’a jamais pu porter. Ce petit corps de déesse qui m’a tant manqué! je la prends dans mes bras comme la dernière fois où je l’ai vu…sur cette route de Marrakech! Je revois ses yeux me suppliant de ne pas la quitter! je ressens ses lèvres se poser sur ma main pour me dire « Je t’aime ». Je revois la voiture de mon frère hachée au bord de la route! je revois cette roue qui continue à tourner dans le vide. J’arrache la manche de mon djellaba pour voir la morsure que j’ai sur le bras et je revoie l’image du cathéter en plastique collé sur mon bras à l’hôpital où j’ai passé deux jours.

Je ne vois plus personne autour de moi! le monde n’est plus! je suis seul avec ma femme! Dans cette chambre au Ryad comme je l’ai toujours rêvé. Je l’embrasse sur le front, puis je mets ma tête contre la sienne et je dit les mots que j’avais préparé pour la plus belle des musiciennes « Toi LA DO Ré…Si Sol Ré Sol avec Toi…Fa Ré Fa Mi…Fa Ré bé bé…Sol Ré fou de joie…Toi qui ai redonné sens à ma vie, accepterais-tu d’être ma femme? » Elle n’a pas répondu, j’insiste « Acceptes tu d’être ma femme pour le restant de mes jours? pour le meilleur et pour le pire? Acceptes tu d’être le témoin de ma vie ? Acceptes tu de partager mon existence? ». Elle n’a jamais pu répondre, et elle ne me répondra jamais, car cette fois c’est sûr, et je ne peux plus rejeter la réalité,  Si on se quitte aujourd’hui c’est parce qu’elle est …morte.

Un marocain veuf….(ou pas..)

9 Comments

  • Répondre janvier 16, 2014

    Kenza

    WAAAW! j’ai pleuré à la fin ! j’ai été loin de penser à une fin pareille ! bravo , tu as un don !

    • Répondre janvier 16, 2014

      Leila

      you cute ! :) mais je n’ai pas écris celui là ! tout le mérite au « marocain »

  • Répondre mars 20, 2014

    SALMA

    CHAPEAU. Par contre pas trop compris la fin. Ils divorcent? ou est-elle réellement morte?

  • Répondre avril 21, 2014

    mery

    J’ai pas compris la fin …

  • Répondre avril 21, 2014

    fadwa

    j’ai pas compris une chose, est-elle enceinte d’un autre ???
    mais sinon c’est toooop, j’ai trop aimé

  • Répondre mai 5, 2014

    sak

    mon dieu c’est MAGNIFIQUE tout simplement j’en ai pleuré !!!!

  • Répondre mai 6, 2014

    benqlilou

    Waw, j ‘ adoooore :)

  • [...] (Publié sur : Etats d’âme d’une marocaine). [...]

  • Répondre juin 27, 2014

    troisième copine

    je suis au bureau la et je pleure vrmt waw !

Répondre

Current month ye@r day *