LA saga de l’été: he was a boy she was a girl ( suite et fin)

hug-black-and-white-emotions-love-couple-holding-e28931fe34

Ca me fait un léger pincement au cœur  ( oui, petit n’exagérons en rien non plus) de vous écrire un dernier épisode de la saga de l’été, mais voilà toute bonne chose a une fin, et l’été touche à sa fin, et avec ça mes histoires s’achèvent …

Même si je me dis que je n’aurais pas dû boucler la saga sur une histoire aussi tristounette, j’aurais dû boucler avec une bonne histoire légère … bref , don’t cry girls :) let’s go

On disait, que notre amie , ayant oublié son highschool love, s’est installée, et a aimé un autre …. Que cet autre un jour lui a posé la question ultime de veux-tu être the one and only…. Et au lieu de lui sauter au cou, de crier YES I do (à la Carrie Bradshaw) , elle a dit non… quitté l’appartement conjugal… Par cette décision elle n’avait pas seulement perdu un homme qui l’aimait, elle perdait la ‘paix » qu’elle avait enfin trouvé, elle perdait ses nuits de sommeil, et retrouvait l’angoisse et l’envie terrible et incontrôlable de renouer avec l’amour de sa jeunesse.

Renouer avec un homme qu’on a perdu de vue, est toujours une des choses les plus dangereuses et excitantes qu’une femme se retrouve à faire à un point où l’autre de sa vie. On ne sait pas si on se retourne vers cet ancien amour, parce que le nouveau n’a pas marché, ou on s’y tourne parce qu’on ne s’en est jamais vraiment dissocié et c’est ce qui a ruiné la dernière relation..

Elle a passé des mois à se reposer cette question, à chercher des nouvelles de son ancien amoureux auprès d’amis en commun, à composer son numéro pour le supprimer 3 secondes après.
Elle se demandait qu’est ce qui arriverait si elle l’appelait et qu’il ne se souvienne pas d’elle… ou s’il a déjà une nouvelle vie, peut-être une femme et un enfant en route… de quel droit pouvait-elle revenir dans sa vie et tous ruiner… elle qui a choisi à un moment de sa vie de s’éloigner de lui…

Elle revenait souvent au Maroc, passait par chez lui sans jamais s’arrêter, trainer dans les mêmes cafés en espérant le croiser.. Marchait dans leur lycée et cherchait le courage au fond d’elle pour dire à cet homme qu’il est l’homme de sa vie…

Un soir, une amie complétement soulée d’entendre : que faire? Dois-je l’appeler? Et s’il me dit d’aller voir ailleurs??? A fini par lui cracher : arrête de faire ta gamine, vous n’avez plus 17 ans, tu es une grande fille, tu as refusé une demande en mariage, c’est que ça veut bien dire quelque chose ça? ça fait 3 mois que tu dors et tu te réveilles en pensant à lui, maintenant, tu prends ton courage en main, tu l’appelles, le pire qui pourrait arriver? Il te dira qu’il n’est pas intéressé, tu vas chialer pendant 3 mois encore et ça te passera. Au moins tu seras fixée, au moins tu ne squateras plus mon canapé, au moins je pourrai enfin avoir une vie sexuelle épanouie parce que tu ne dérangeras pas mon mari par tes appels en pleine nuit… Sinon, je t’aime chérie.

Et elle l’a fait. Elle a Composé son numéro. Le cœur qui bat, elle a entendu un allo au bout du fil. Elle a hésité à raccrocher avant de réussir à formuler un salut c’est Moi. Il a marqué une pause, une pause de 5 secondes qui lui paraissaient une éternité,  et a dit: comment vas-tu?

Une heure après il passait la chercher. Ils se sont baladés dans la ville, elle lui a raconté sa vie en « oubliant » de parler de sa demande en mariage, il lui a raconté  son retour au Maroc, la dure réalité du retour, des changements, les adaptations, les challenges personnels qu’il essaie de relever et au détour d’une rue lui a demandé: Il y’a une personne qui aimerai vraiment vraiment te voir, je peux t’y emmener ?

et il l’a emmené voir sa grand mère … ce bout de femme, avec ce regard malicieux qui l’a prise dans ses bras comme on retrouve un enfant perdu , lui a chuchoté qu’elle  lui a manqué , et l’a fait promettre de revenir la voir, que même si son petit fils a été trop idiot pour la laisser partir, elle l’aimera toujours comme la petite belle fille qu’elle n’a jamais eue …

Elle est remontée dans la voiture, le coeur serré, de voir cette vie qu’elle aurait pu avoir avec lui, de voir ces gens qu’elle a appris à aimer et ensuite appris à laisser partir , elle s’en voulait et lui en voulait , elle s’en voulait d’avoir tuer la petite ado en elle, de l’avoir transformé en femme réaliste, terre à terre , et lui en voulait de l’avoir laisser devenir cette femme
n’étaient-ils pas censé rester soudés? N’était-il pas censé être là, souvent et toujours pour lui rappeler cette promesse dans la maison de ses grands parents par une soirée d’été ? N’était-elle pas censé être là pour lui, pour le prendre dans ses bras et lui dire qu’il réussira à devenir cet homme qu’il a voulu être à 17 ans, n’était-elle pas censé lui dire qu’elle était fière de lui, qu’il l’a complétée, qu’il lui a manqué.
elle a pensé dire tout ça et plus encore
pensé lui dire à quel point ce jeune ado de 17 ans lui a manqué
à quel point ce regard dans ses yeux lui a manqué
elle voulait lui dire que oui ils se déchireront, que oui ils ne seront jamais d’accord sur beaucoup de choses mais qu’ils seront toujours d’accord sur l’essentiel
elle voulait lui demander si par les nuits de pleine lune il lui arrivait de lever les yeux aux ciels et penser à elle
elle voulait lui dire qu’elle lui chuchotait je t’aime dans chaque coin du monde où elle partait,
mais elle voulait surtout lui dire qu’elle ne regrettait pas ces années qui les ont séparés parce que c’est ce qui lui a permis de prendre complètement conscience que cet amour de jeunesse est le bon…
elle a pensé dire tout ça
ils arrivaient devant chez elle
elle a juste dit: merci ! ça fait du bien de se revoir
il a répondu : tu as bien fait d’appeler

et elle est partie..le coeur encore plus lourd …la larme à la gorge …s’est jetée sur son lit, allumé une cigarette et pris son téléphone pour appeler la première copine pour partager ses peines, quand elle a reçu son msg: je me suis fait force pour ne pas t’embrasser…..
elle a répondu: tu n’aurais pas dû …
il a répondu: ce n’est pas trop tard, je suis au coin de la rue …

et à ce stade de l’histoire, vous vous dîtes, cette fille se paye nos têtes, nous ne sommes pas dans un film américain, ces choses là n’arrivent pas dans la vraie vie… et je vous dis que non, peut-être que (pour une fois:) je ne me paie pas vos têtes
c’est une belle et vraie histoire
ils se sont tombés dans les bras, avec une passion et un fougue de 2 personnes qui se sont retenus pendants des années, avec la passion d’un homme et d’une femme qui se sont crus perdus à jamais …
ils ont passé la nuit à parler, à se dire à quel point ils s’aiment, elle retrouvait dans ses yeux cette passion qu’il a toujours porté pour elle, et il faisait briller ses yeux à nouveau …
se sont endormis l’un dans les bras de l’autre, et au milieu de la nuit, alors qu’elle était à l’autre bout du lit, elle a senti sa main, la tirer doucement vers lui, lui mettre la couverture sur les épaules et murmurer à son oreille , dans son mi- sommeil: tu es la femme de ma vie …elle s’est blottie dans ses mots et s’est endormie …

le lendemain elle s’est glissée hors  du lit, n’ayant pas trouvé de quoi faire un petit dej, s’est habillée pour sortir chercher du café, lui a écrit une note , signé je t’aime , pris les clés , et au moment de sortir l’a entendu crier son prénom, il a débarqué dans le salon complètement affolé , lui a crié: TU VAS Où??
elle a souri, posé un bisou sur son front et dit: je vais juste chercher du café et je reviens..
elle a compris qu’il revivait la scène de son départ , la dernière fois qu’ils se sont quittés , quand elle a laissé une note, un bisou sur le front et qu’elle est partie pendant 4 ans…
quand elle a vu son regard affolé elle s’est promise que plus jamais elle ne le fera revivre ça, que jamais elle ne sera la cause de l’affolement de cet homme qui la porte en lui…

elle repartait en France, avec la promesse de revenir…
3 semaines après elle passait des entretiens pour un job au Maroc, prévenu sa propriétaire qu’elle lâchait son appartement parisien, démissionné de son job, et plus excitée que jamais, faisait ses valises pour donner une vraie chance à ce grand amour …
et entre deux cartons, 3 copines, une bouteille de champagne et une célébration de sa nouvelle vie, elle a reçu son message : Je pense que ça va trop vite là, je pense qu’on fait une erreur , nous ne sommes pas prêts à nous remettre ensemble…

et vous savez quoi, j’ai toujours dit qu’il y’a 3 moments clés dans nos vies, Il y a de ces moments où on espère arrêter le temps, revivre  l’instant encore et encore, savourer chaque seconde et chaque parcelle de bonheur….
Il y a des moments où on a envie d’accélérer le temps, pour faire passer la crainte, pour soulager cette douleur , pour enfin entendre cette nouvelle, pour voir cette personne, pour passer á autre chose ….
Et y a de ces moments où tout semble s éclaircir, où tout à coup on trouve réponse à tous nos questionnements, où un mot, un regard, un geste suffisent à nous faire comprendre le résultat de l’équation  qu’on essaie de résoudre depuis des années,…. C’est ce Qu’on appelle les moments de vérité… Autant les moments de crainte ou d’ impatience peuvent être fréquents au courant d’ une vie, autant les moments de vérité sont très rares, mais quand ils frappent ils blessent et guérissent à la fois….

il a mis fin à la relation, il ne savait pas qu’elle avait déjà tout lâché pour le rejoindre, par fierté elle n’a rien dit…
a pu garder son appartement, et a retrouvé un nouveau travail
l’a bannit de ses discussions, bannit des son coeur, s’est fait force pour ne jamais penser à lui, décidé que comme il lui a laissé son espace il y’ a 4 ans, elle le laissera revenir ou pas… juré à ses copines qu’elle n’attend plus rien de lui, que c’est un gamin salaud qui a brisé son coeur , qu’elle mérite mieux…. s’est convaincue au fin fond d’elle même qu’il ne l’ a jamais vraiment aimée , et qu’un amour de lycée n’est pas fait pour durer …
elle est redevenue la femme réaliste terre à terre
n’empêche , que quelques soirs, en montant les escaliers de son immeuble, elle se demande s’il ne l’attend pas devant sa porte, le regard espiègle et le sourire malin ?
je suppose qu’il y’a de ces amours qu’on n’oublie pas, et de ces hommes ou femmes que quoiqu’on fasse, qu’on dise, qu’ils fassent ou disent, gardent une partie de nous-même, que ni notre fierté ni les paroles de tous les amis du monde ne pourront changer…
Il y’a de ces amours qui résistent au temps, aux blessures , à l’incompréhension
et il y’a de ces femmes réalistes, terre à terre, lucides, qui garderont quand même toujours au fond d’elles-même un amour incompréhensible pour les autres, clair et précis pour elles… parce qu’elles savent qu’elles ont eu cette chance de donner cet amour inconditionnel et qu’elles sont juste incapables de retirer …
Notre amie trouvera un nouvel amour, reconstruira sa vie, partira vers d’autres aventures, mais elle ne détestera jamais le garçon de 17 ans, parce que quoiqu’il arrive, ce garçon de 17 ans lui a dit un jour : je te promets une histoire différente des autres ..
Et il a tenu sa promesse…

Une marocaine naratrice

1 Comment

  • Répondre juillet 3, 2014

    fatima

    Ça fait un moment que je lis tes chroniques, bravo bravo bravo….
    Mais en lisons he was a boy she was a girl, j’avais les larmes aux yeux
    On est tous passer par cet amour
    Merci pour cette saga

Répondre

Current month ye@r day *