La saga de l’été: He was a boy, she was a girl….(Part1)

tumblr_m7kdr1XphZ1rt8fsro1_500

 

Ah petits curieux! 40000 emails pour me dire : Alors c’est quoi TON histoire? Bon, ok 4 emails….

Mais je ne vous raconterai pas mon histoire, un parce que j’ai plus qu’une histoire (vous vous en doutez bien), deux parce que faut quand même garder un peu de mystère entre nous voyons..

 

Bon, on est à Paris, il fait 40 degrés, God bless le Perrier avec une tranche de citron et les pieds dans l’eau sinon j’aurais rendu l’âme… et Paris en Août c’est la plus belle ville du monde… parce que les parisiens vont se dorer la pilule à l’île de Ré.

 

Et comme c’est notre avant dernier épisode de la saga de l’été, j’ai donc décidé de vous raconter une histoire en deux temps….

On se prend un verre d’eau pétillante, on s’installe et on me lit comme si j’étais la dernière page d’un roman de Barbara Cartland.

 

Il était une fois un jeune homme de 17 ans, pas très sûr de beaucoup de choses dans sa vie, et à cet âge là, on se tâte, on ne sait pas, on suit la foule….. lui aussi suivait la foule, se rebellait, mais n’a jamais porté en lui l’envie de changer le monde… pas très sûr de beaucoup de choses dans sa vie, mais sûr d’une chose, c’est qu’il était amoureux, et que c’était la bonne….

 

Et je pense  qu’à cet âge là, nous sommes souvent les plus lucides, nous n’avons pas encore été blessés , on n’a pas encore le goût amer de la fin des illusions, we don’t hold back, on y croit et on se lance… et il s’est lancé,

Il s’est lancé à la conquête de celle qu’il aimait…

Et moi j’ai ma théorie : un homme amoureux, réussit TOUJOURS mais TOUJOURS à avoir celle qu’il aime ( à condition de remplir plusieurs conditions ( pas très français tout ça je sais) ,la première c’est qu’il faut qu’il soit VRAIMENT in love (Hitch sort de ce corps), la deuxième c’est que la femme en question ne doit pas être déjà amoureuse ( mais cette condition peut être annulée, si la femme est amoureuse d’une mauvaise personne ), la troisième et c’est la plus importante c’est la persévérance )

Le garçon ayant rempli toutes les conditions, je vous la donne dans le mille, elle est tombée amoureuse de lui, même s’il n’était pas son genre, même s’il n’était pas dans son cercle, même s’ils ne prenaient pas le même bus… et l’amour à 18 ans ( bah oui ça lui a pris un an de persévérance au garçon quand même ) ça a un goût de victoire, on est heureux , pas de peur, aucune crainte, on a les pieds qui ne touchent plus  terre, il l’appelait le soir pour lui faire écouter Hallyday chanter je te promets, il lui disait qu’elle avait les yeux revolver, elle lui disait qu’elle voudrait passer la vie, dans ses bras, dans le salon de ses grands parents… qu’elle voulait que le temps s’arrête et qu’ils vieillissent ici, loin de tous enfermés  à vie…

Mais on ne reste jamais enfermé à vie, un beau jour le lycée s’arrête et les choix se font, il a choisi de quitter le pays, elle a choisi de le croire quand il a dit que rien ne changera ….

Les gens amoureux croient toujours qu’ils peuvent tout braver, les conflits, les interdits, la distance… et la distance ne se brave pas, distance is a bitch et elle gagne à tous les coups…

Et ce n’est pas plus mal; nos tourtereaux se sont quittés, mais surtout ont grandi à part, connu d’autres personnes, sans que le spectre de l’autre ne soit définitivement parti….

Jusqu’au jour où elle a décidé qu’elle allait partir rejoindre l’homme de sa vie….

A 20 ans, c’est pire qu’à 18 ans, on se croit adulte, on croit avoir déjà tout vu, et à force de regarder The notebook on croit que l’amour de notre vie nous attendra dans une gare sous la pluie et nous donnera le baiser de notre vie… mais la réalité est le plus souvent très différente …

Elle a débarqué dans un nouveau monde, les étoiles plein la tête plus disposée que jamais à retrouver l’amour, à lui dire à quel point il lui a manquée, que tous les hommes qu’elle a connus n’étaient qu’une piètre copie de lui, qu’elle cherchait chez eux une chose que personne n’aurait jamais pu lui donner : cette manière qu’il avait de la regarder …

Mais le garçon de 17 ans avait grandi, changé….

Changé de vision , perdu de son âme d’enfant , de ses rêves d’enfant , la vie l’avait rendu aigri, le garçon de 17 ans a laissé place à un jeune homme possessif, jaloux et qui manque cruellement de confiance en lui comme en elle …

Elle se sentait étouffée par lui, ses questions, ses suspicions, son agressivité …

Aucun des deux n’avait vraiment compris ni accepté ce que le temps a fait de l’autre…

Un beau jour elle l’a quitté, l’a regardé dormir, a déposé un baiser sur son front, il a ouvert les yeux, a compris, et n’a pas essayé de la retenir …

 

Elle est partie, avec le sentiment d’avoir abandonné le garçon de 17 ans, de le laisser se faire bouffer par le jeune aigri…

Elle a fait le choix de l’égoïsme parce qu’elle aussi, était dans un nouveau monde et avait envie de goûter à tout ce que celui-ci lui offrait…

Quelques semaines après, dans un geste de l’ultime chance il lui a donné Rdv à Paris, à mi chemin entre leurs deux mondes, lui a dit que si elle ne venait pas, il savait que tout serait fini, qu’il la perdrait à jamais, qu’il a besoin de cette nouvelle chance pour lui prouver qu’elle peut encore être heureuse avec lui ….

Mais elle n’est jamais partie … De crainte que ce regard dans ses yeux ne la retienne, ou de crainte qu’il démolisse à jamais le souvenir de l’amour parfait que le garçon de 17 ans lui a porté du fond de leur classe de maths…

Les années sont passées, elle a refait sa vie,

Lui. Décidé de la laisser faire ses choix …

Il est rentré au Maroc

Elle est restée en France

Elle l’a oublié, supprimé le garçon de 17 ans de sa tête, retombée amoureuse d’un autre …. Jusqu’ au jour ou elle est rentrée chez elle, pour retrouver son chéri à genoux, une bague entre les mains, et qu’elle s’entend fondre en l’arme et répondre : non, je ne pourrai pas…

To be continued …

Une marocaine bavarde…

Soyez le premier à laisser un commentaire

Current month ye@r day *