Is it love?

Rabat-Oudaya

 

Assise sur un banc en face du Bouregreg , je regarde le fleuve partir à la rencontre de la mer , les petites barques bleues flottent sur la surface de l’eau , une brise vient me caresser le visage , je serre mon manteau contre moi , plis ce livre que je jette dans mon sac dans ce geste de rage , énervé contre « lui » parce qu’il n’a pas su me sortir de mes pensées et me noyer dans ses pages, enlève mes lunettes et remet mes cheveux en place avant que la prochaine brise ne les défait à nouveau …

Rabat est mon premier amour , et comme chaque premier amour j’y reviens souvent, avec la même fougue, la même passion, celle des souvenirs mélangée à celle de la réalité …je parcours le monde, et tombe amoureuse l’espace d’une « minute » de New York/ Rio et les autres , et puis un soir la voiture de mon père qui me ramène de l’aéroport de Salé traverse le pont , je regarde le mausolée s’illuminer à ma droite , le reflet des vieilles maison dans l’eau du fleuve et mon cœur s’emballe , comme si New York , Rio et les autres n’ont jamais existé ….

Rien ne vaut le premier amour je vous dis !

Assise sur ce banc , j’attend que le soleil se couche, je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici, mais je sais que je ne suis pas prête de partir …

Je presse play sur mon Ipod, et la voix de Nina Simone inonde ma tête , et me renvoi quelques temps en arrière, j’étais dans mon appartement parisien, Felix cuisinait, je le regardais , quand la voix de Nina Simone a envahit l’espace, elle chantait cette même chanson : « Love me or leave me »  et j’avais crié : N’est ce pas pathétique comme amour ??? entends-tu ce qu’elle dit Félix ? Elle préfère être seule qu’heureuse avec un autre ! être SEULE qu’heureuse avec un autre que lui ! N’est ce pas pathétique ??

Il a porté une cuillère de son potage à ma bouche pour que j’y goûte et a dit : « Bien sûr que non, c’est ça l’amour et c’est surtout ça la vie ! »

Je ne comprenais pas, l’ai regardé avec mes yeux de chat perdu, il a ajouté : « Elle sait que c’est LUI qu’elle aime, pourquoi être heureuse avec un autre que lui alors ? »

J’ai crié ( j’aime crier pour marquer une position !) : « Oui mais vaut mieux être malheureuse alors sans lui ? c’est ça l’amour ? être malheureux? »

Il a répondu :  » Le but de la vie n’est pas d’être heureux …. Le but de la vie est bien plus important que ça… et Nina l’a visiblement compris ! si on devait chercher que le bonheur dans la vie on serai de bien, malheureux humains mon amie ! »

Je n’étais pas très d’accord, puis je n’étais pas sûr d’avoir tout compris, et après tout Nina et Félix étaient deux contre moi qui étais-je pour les contredire ?

Assise sur ce banc, je repense à cette phrase de Félix….

« Le but dans la vie n’est pas d’être heureux mon ami ….  »

Si le but n’est pas d’être heureux, qu’est le but alors?

Si Nina n’était pas pathétique mais amoureuse « vraie », alors que sais-je de l’amour le vrai ?

Assise devant cette vue imprenable devant la ville amour de ma vie , je réalise une chose, j’aime Rabat, de cet amour qu’on ne peut expliquer , je lui reviens, quand je pars loin je pense à elle, je la cherche dans les restaurants marocains de New York , dans la vaisselle « rbati » de mon chez moi parisien  , et tous les soirs avant de dormir je donne un sourire parfois triste parfois heureux à la peinture du Bouregeg accrochée au dessus de mon lit …..

J’aime Rabat, comme on aime un homme qui ne nous rend pas heureuse, un amour inconditionnel, irrationnel, incontrôlable, inexplicable… comme quelque chose que tu donnes, et sur laquelle tu n’as plus aucun contrôle de retour ….

Mais contrairement à Nina, j’ai choisis d’être heureuse ailleurs … quand j’ai rencontré Paris….

Est ce là une preuve que mon amour pour Rabat n’est pas vrai ? Je n’en sais rien ..

Mais quand je sens mon coeur battre devant ce soleil qui se couche entre la mer et le Bouregreg, je ne peux m’empêcher de penser , que parfois, la vie n’est pas « blanche » ou « noire » … et qu’il faut bien accepter de vivre avec des questions qui n’ont pas de réponses …

Je serre mon manteau autour de moi, cesse de lutter dans cette bagarre entre le vent et mes cheveux , remet Nina en marchant vers ma voiture, quand elle me répète : I’d rather be lonly than happy with somebody else … , je lui répond : Et bah tu es bien conne ma petite dame !

Mais tout à coup une idée me frappe …

……Et si je n’étais pas VRAIMENT heureuse ailleurs ????

…..et cette éventualité , me fit froid dans le dos…

Une marocaine pensive !

 

 

4 Comments

  • Répondre février 5, 2014

    Salwa

    Franchement bravo t’arrives à écrire tous les jours :)

    A big fan

  • Répondre février 6, 2014

    abdo

    ahlem b ecrit mieux que toi 10000 fois

  • Répondre avril 10, 2014

    soukayna

    Beaucoup de fautes d’orthographe !!

Répondre

Current month ye@r day *