Inspire me …if you can

Crédit Photo: Katerina Plotnikova

Crédit Photo: Katerina Plotnikova

J’ai passé les 3 derniers mois ( pour ceux qui auraient remarqué que je n’étais pas là…) , à lire, à NE pas écrire, à réfléchir, faire des changements ENORMES dans ma vie ( je vous en reparle) , prendre des vols pour retrouver mon mec ( parce que j’ai un mec BREAKING news, mais ça , ça nous ramènera à un énorme chapitre dans ce blog que j’appellerai soit : « Comment passer decelibomaniaque à en couplomanique »  » Mémoires d’une célibataire en couple »  « Comment je n’ai PAS changé je vous jure restez mes amis », ou « Je suis en couple , clap de fin ! »

Donc trop de vols pour retrouver mon mec , veut dire beaucoup de temps pour lire ( autre chose que Oups, Voici , Voilà, quoique j’aurai peut être du me limiter à lire ça ) , j’ai donc lu beaucoup de livres, écrits par des marocains , histoire de …. voir comment ils ont réussi à se faire publier et pas moi …. ( j’ai trouvé la réponse : Quand on n’a pas écrit de livre , c’est normal de NE PAS se faire publier) , et vous pouvez vous détendre, je ne vais pas vous faire des reviews de ces livres …

Ce que je veux vous dire, c’est que le point commun entre mes livres, écrits par des marocains c’est que tous ces gens décrivent un Maroc « sombre » où tout le monde soit : crève la dalle et vient du fond d’un bidonville pour se faire exploser, soit a grandit dans un riad à Fès où il s’est fait violer par un oncle , soit s’est retrouvé à Lyautey alors que c’est l’enfant d’un fermier … soit a grandit dans un village de l’atlas où sa mère se faisait violer par son père tous les soirs , sous la couette d’à côté …

Et don’t get me  wrong, je ne dis pas qu’il s’agit ici de mensonges … je ne dis pas que le royaume est tout rose et qu’on a tous grandit avec un verre de thé à la menthe en or à la bouche .. ce que je dis c’est que c’est malheureux de voir qu’il n’y’a QUE la souffrance qui inspire ! Vous allez me répondre ( j’espère) mais c’est valable PARTOUT , la souffrance inspire plus de livres que le bonheur ! regarde toi, depuis que tu nages dans un fleuve d’amour tu n’écris plus ( Oui je sais j’ai dis que j’aborderai ce sujet plus tard, mais c’est plus fort que moi ) , et je vais vous répondre que vous avez bien raison , mais si on arrêtait un peu de nous focaliser sur les ondes négatives de la souffrance et qu’on se concentrait un peu plus sur des choses plus ‘positives’ , où est-ce que cette réflexion va nous emmener?

Je ne sais pas pour vous, mais moi je suis fatiguée de lire des articles où on parle de la souffrance des gens dans les montagnes de l’Atlas, des gens qui ont froid, des gens qui ont faim .. pour la simple raison qu’écrire sur ces choses ne les changent pas ! je le sais , parce que je l’ai fais .. l’exercice qui sort les gens du froid, de la faim et de l’oublie , c’est de prendre les choses en main et les changer .. passer ses journées à « pointer » ce qui ne va pas , ne change pas  » ce qui ne va pas  » ( à moins que tu sois Harry Potter et que tu aies hérité de la baguette de sureau !! )

J’ai donc passé les derniers mois à chercher les choses « positives » des marocains , ces gens qui ne « pointent pas » , ces gens qui changent, j’avais même décidé de classer le marocain en deux catégories: Celui qui pointe et celui qui change ! mais au fil du temps d’autres catégories sont sorties et je me suis embrouillée du coup j’ai vite laissé tomber mon classement nunuche

Du coup au fil des semaines ( en parallèle de ma série sur comment je ne suis plus célibataire…) je vais vous parler d’une inspiration, marocaine, un homme, une femme, un groupe , des gens que j’ai eu la chance de connaitre personnellement et d’autres que j’ai juste la chance de suivre de loin …

Mon idée ici est de vous montrer qu’il y’a un Maroc en mouvement, et une vague de « gens » qui ne se contentent pas de pointer , des gens qui ne sont pas nés avec des cuillères en argent dans la bouche , qui ont vu des opportunités dans un verre de thé, une Djelaba, une haydora ( google it , you FANCY) , qui ont fait du Maroc un objet pop art , une opportunité économique , qui ont transformé des femmes dans des villages isolés en entrepreneuses. ces gens là n’ont pas « renié » le côté obscure du pays, ils ont juste éclairé « l’autre côté » et j’ai hâte de vous les faire découvrir ( ou redécouvrir ) parce que dieu qu’est ce qu’on a besoin d’onde positive dans ce bas monde !

A tantôt !

Une marocaine inspirée

1 Comment

  • Répondre novembre 12, 2014

    mouahidi yasmine

    Yesss hâte de lire tout ça !

Répondre

Current month ye@r day *