Gratte toi … si tu peux …

Crédit Photo : Garance Doré

Crédit Photo : Garance Doré

 

J’ai promis que j’allais vous parler « grossesse » ! donc me voici me voilà !

Ne partez pas tout de suite, je ne vais pas vous déballer des trucs gores, du genre ce qui se passe là-bas .. en bas … que dieu nous en préserve … ce post sera plus instructif que « degoûtatif » , oui j’invente des mots, j’ai le droit , je suis enceinte , je fabrique un être humain, wouhouuuw je suis wonder woman avec des plus gros nichons, un plus gros cul… bref je suis wonder woman en plus grosse de partout …

Ça c’est une des premières choses que j’ai « déduis » quand j’ai fait mon coming out enceinte … tout à coup j’avais le droit de « réclamer » ce que je voulais .. au Maroc une femme enceinte ( en tout cas dans MA famille je ne sais pas pour les votre) , peut réclamer tout ce qu’elle veut ( tout, sauf la Mercedes que mon mari m’a suggéré de demander à mon père .. ce n’est pas passer .) SURTOUT ( voir exclusivement ) quand il s’agit de nourriture…

Et faut que je vous dise que je n’ai pas eu des envies de la folay, genre je veux des papayes du  Mexique , ou une goyave à 4 h du matin … ou du charbon ( le mythe de la femme enceinte qui bouffe du charbon, vous aussi vous en avez entendu parler ?).. mais il suffisait que je dise je veux manger un truc  pour que tout le monde se regarde un peu en panique … l’air de se dire «  Oh mon dieu va –t’en trouver des pommes de terre à cette heure-ci pour Leïla ??? « ( cette heure-ci étant 10h du matin un vendredi de couscous ) …

Pour illustrer tout ça, voici la petite histoire ,d’un jeudi soir, veille du jour béni de couscous je dis à ma mère : N’oubliez pas les patates douces dans le couscous ! phrase que je lui dis depuis 20 ans ( à 10 ans j’ai appris que la patate douce était un indispensable de mon vendredi béni du couscous )

Ma mère me regarde en panique et me dit : je ne suis pas sûr que ça soit la saison .. mais laisse-moi appeler ta tante .

Moi je vais me coucher, ma mère appelle toute la famille …

Le lendemain on arrive pour déjeuner chez ma tante , je sens l’odeur du couscous béni et je dis : j’espère que vous n’avez pas oublié la patate douce …

Regard paniqué ,je regarde ma mère , ma mère regarde ma tante , ma tante regarde par terre …. Et fini par me dire : wlah j’ai cherché partout , personne ne la vend ! MAIS j’ai trouvé une toute petite patate dans ma cuisine !

Ma mère remet sa djellaba , prend ses clés de voiture et d’un air de wonder woman sauveuse de la patate douce dit : je reviens !

Une heure après on attend toujours la mama pour manger le béni couscous, je suis plus contrariée parce que j’ai faim que parce que je n’ai pas ma patate ..

Ma mère arrive … le visage pâle…. : Walou je ne l’ai pas trouvé ; tous les vendeurs se sont mis à chercher avec moi, y’en a un qui a appelé un agriculteur de la région qui est sensé en avoir mais il n’a pas réussi à l’avoir …

Moi : Mais pourquoi TOUS les vendeurs cherchaient avec toi ?

Elle : Bah parce que je leur ai dit que ma fille était enceinte et qu’elle voulait de la patate douce ..

On se met à table , moi contrarié parce que Les vendeurs du marché de Berrechid venait d’apprendre ma grossesse avant mes copines , ma mère contrariée parce que son petit fils ou sa petite fille va naitre avec une patate douce sur la fesse ( au meilleur des cas !) , ma tante contrariée parce que dans toute cette crise de patate douce elle a oublié de mettre du smène dans sa semoule … quand , soudain ( surpens de la folay) on entend sonner à la porte !

Un vendeur  de légumes , accompagné du fils de notre voisin ( qui lui a montré la maison , ) venait nous remettre 10 kilos de patates douce ! je ne sais pas si vous vous rendez compte de combien ça fait 10 kilos de patate douce… il était contrarié lui aussi parce qu’il ne pouvait pas aider une femme enceinte , il a enfin réussi à joindre son ami agriculteur qui s’est déplacé sur le champs pour lui livrer les patates douces ET il a refusé de se faire payer , parce que ça lui faisait plaisir de ME faire plaisir …. Que dieu me bénisse ! que dieu le bénisse que dieu bénisse la patate douce

Ma mère s’est détendue du string ! ma tante se préparait à me cuire au moins la moitié de la récolte des patates douces et moi je me demandais sérieusement de ce qui arriverait si je réclamait là maintenant une Mercedes… est ce qu’un concessionnaire allait taper à ma porte 1h après avec les clés ?

Mais j’ai appris avec le temps que je n’avais le droit d’avoir des « exigences » que vis-à-vis de la nourriture … parce que l’impact de mes envies , n’a pas de conséquence sur MOI, mais sur l’enfant béni… parce que moi , comme depuis 20 ans que je mange du couscous on s’en fou si on a oublié la patate douce mais le baby lui, si je ne mange pas la bénie patate douce bah il aura une tâche de naissance …

Et c’est là qu’à commencer mon clavaire de «  NE TE GRATE surtout pas » , c’est devenue une vraie obsession pour tout le monde , parfois à table chez mes beaux-parents ils parlaient en nom de code de la nourriture : Tu te rappelles de ce «machin, que tu as mangé , l’année dernière en été ?

- Ah on peut pas faire cette recette parce qu’on n’a pas le truc qu’on peut pas prononcer … ( clin d’œil à Leïla )

- Tu te souviens de Halima quand elle était enceinte elle avait tout le temps envie de POMME  mais elle n’en trouvait pas sur le marché  et là son fils a une tache de naissance sous forme de pomme sur le crâne msskine ?( clin d’œil malin, la pomme est le nom de code d’un autre fruit … qu’ils ne peuvent pas prononcer parce qu’il n’est surement pas de saison et que je RISQUE oh que dieu nous préserve d’en avoir envie et là ça sera le drame) …

Et tout ça part d’une bonne intention , mais ça avait le don de m’irriter au plus haut point ..

De UN parce que je n’avais pas envie de POMME ni de cerise  ni de papaye, je n’ai eu AUCUNE envie particulière, j’ai eu FAIM, trop souvent, et quand j’avais faim fallait me nourrir VITE sinon je devenait agressive ( d’ailleurs même en temps normal si j’ai faim et que je ne mange pas vite et BIEN je deviens « limite » agressive, la grossesse ne fait qu’amplifier des sentiments qu’on connaît Déjà, et les hormones ne font que nous libérer de la bonne séance sociale qui nous empêche d’hurler quand le plat de pâtes n’est toujours pas sur la table ! ) , mais je n’ai pas eu d’envie particulière …

De Deux , cette obsession pour me préserver de filer une « envie » sur la peau de mon enfant , m’a empêché de me gratter pendant des mois !! vous n’imaginez pas les manœuvres que je faisais pour me gratter la jambes sans utiliser ma main juste parce que dans la journée j’ai pensé à manger du saumon … et j’ai beau être une femme rationnelle qui croit vraiment qu’il ne nous arrive que ce qu’on attire ; l’obsession générale autour de moi m’a transformé en femme qui a TOUT le temps envie de se gratter mais qui ne le fait pas .. au moins je sais maintenant que si j’ai un jour la gale que saurais gérer comme un chef …

Tout ça pour vous dire que tout ce chapitre de ma vie ne tiendra surement pas en un post .. tiens je vais en faire une chronique régulière , ça servira surement à celles qui vivront après moi tout ça, à relativiser , parce que moi une fois l’irritation passée ,( celle de ne pas pouvoir deviner de quel fruit mon beau père parlait en nom de code hier à table , celle de ne plus pouvoir me gratter le nez ….  ) et bien j’ai décidé d’en profiter , et pas plus loin qu’hier j’ai demandé à ma mère un couscous merguez ( grosse aberration à tous les seigneurs du couscous : et chose qu’elle a toujours refusé de servir à mes amis français, parce que tu comprends un couscous avec des merguez c’est péché ) … et bah hier elle m’a répondu : Merguez de bœuf ou de dinde ?

Une marocaine qui profite …

 

Soyez le premier à laisser un commentaire

Current month ye@r day *