Editor’s letter : Farewell 2017..

64197_10201338696422740_2018875036_n

 

- Alors la maternité ? ce retour à la maison ?

Assise en salle d’attente chez le médecin, je lève la tête pour regarder cette jolie infirmière qui s’intéresse à moi , je lui souris à mon tour :

- Ne m’en parlez pas !! mon dieu ! les nuits blanches, les cris incessants quand tu as changé la couche , quand il a mangé quand tu as checké sa température et celle de toutes les pièces de la maison et qu’il crie encore , tu veux crier à ton tour ! et puis mon corps, on s’en parle ?? ! je ne suis plus enceinte mais c’est tout comme,  au moins avant je blâmais le bébé , il y’a deux jours au super marché on m’a laissé la priorité en caisse  ! je n’ai même pas rechigné , j’ai dis merci en touchant mon ventre , tellement je suis KO.. c’est pas de la tarte la maternité hein?

La jolie blonde me regardait avec de grands yeux , elle cherchait des mots mais ne les trouvait pas… le malaise était tel que j’ai fini par comprendre .. je n’ai pas donné la bonne réponse, le moment n’était pas aux confidences et à la vérité ,le moment était celui où il fallait dire ce qu’il convenait de dire , du coup je lui ai souris , et j’ai dis : Sinon je suis très heureuse , ce petit bout de chou me rend la plus heureuse des femmes !

la réponse devait la rassurer , mais ne l’a pas encouragé à me poser plus de question et elle s’en ai allé , aborder une autre mère épanouie ….

Et moi j’ai pensé que c’était dommage d’être constamment obligé de dire ce qu’il faut dire, et pire encore de ressentir ce qu’il faut ressentir … et puis j’ai pensé que j’avais un blog qui me servait justement à ne pas dire ce qu’il « fallait » dire … donc me voilà

Je suis maman depuis 2 mois , je vous écris de mon salon que je n’ai pas quitté depuis bientôt une semaine, il pleut dehors et quand j’ai besoin de prendre l’air je le fais de mon balcon, et je m’en plains pas , je vous écris avec un gros foulard sur la tête parce que je n’ai plus le temps de faire des brush ( enfin si j’ai le temps mais entre me lisser les cheveux et dormir le choix est vite fait ) , mais j’ai les mains manucuré ! la magie des manucure à domicile , et puis c’était une VRAIE priorité comme si ma vie en dépendait !

Je suis maman depuis 2 mois, et je dois laisser place à cette nouvelle personne que je suis entrain de devenir , ne pas lutter contre elle, et lui donner sa place dans ma vie, et je suis OKAY avec ça, mais la pression sociale qu’on exerce sur les mères est juste dingue… on se DOIT d’être heureuse, on se DOIT d’être épanouie, on se DOIT de regarder son bébé et de pleurer tellement on est happy , tellement la vie est fabuleuse  et surtout on se DOIT de vivre tout se bonheur TOUT de suite quand on voit son enfant !

et y’a des femmes qui vivent leur maternité dès la grossesse, et puis elles pleurent quand elles voient leur bébé , et tout les jours qui suivent sont « magie » , d’ailleurs le jour de leur accouchement est le plus beau jour de leurs vies … et tant mieux pour elles … pour moi ça ne c’est pas passé comme ça, même si mon accouchement s’est très bien passé ( je vous en parlerai ! la magie de l’accouchement my ass!!! ) , je ne dirai jamais que c’était le plus beau jour de ma vie et le fait de ne pas dire ça, me donne droit à des regards de jugement très très sévères !

et en règle générale , les regards disent souvent la même chose: comment oses tu dire ça alors que des femmes n’arrivent pas à avoir des enfants ? comment oses tu ne pas être épanouie? comment oses tu dire que toutes tes journées ne sont pas MAGIE et bonheur ? ou pire encore : Tu as l’air fatiguée , bah oui tu pensais que ça allait être facile un enfant ?

on rame pour trouver un peu cette nouvelle place , se transformer, et muter en mère, on a un petit être à protéger , il ne s’agit plus que de soi même .. on établit enfin des règles d’hygiène chez soi ( non avant je ne vivais pas dans une porcherie ), on commence à demander aux gens de se laver les mains , d’enlever leurs chaussures avant de monter sur le tapis dans la chambre du bébé.. on dit non je ne veux pas que tu prennes le bébé d’une semaine dans tes bras parce que même moi sa mère j’ai peur de le casser .. et les gens se vexent … on passe du statut de la meuf cool qui veut faire la fête jusqu’à 5h du matin à celui de la nana chiante qui ose demander qu’on se lave les mains …. et petit à petit ça se vide autour de nous … les gens vexés prennent leur distance

et tout le monde y va de son petit jugement, parfois à voix haute , parfois avec un petit regard , parfois avec un GRAAAND soupir , et vu que je n’ai pas l’énergie de dealer avec tout ça, ce que je fais c’est que je reste chez moi, avec mon petit , on apprend à se connaitre , on prend l’air dans le balcon à deux , ou on se balade dans le parc en chassant les feuilles mortes , on écoute de la musique , on lit du Romain Gary et je bloque toute énergie négative  hors de ma vie et de la sienne..

et quand j’y pense , tout l’année qui vient de s’écouler  tournait autour de ça , bloquer les mauvaises énergies, les gérer au mieux , les virer de ma vie dans le meilleur scénario

Et faire semblant d’être heureuse , faire semblant d’être épanouie , passer les besoins des autres et leurs exigences avant les nôtres pour rester « polie » et ne pas heurté les sensibilités , c’est quelque chose de très dangereux , on s’oublie , et on met un masque.. pourquoi faire ? pour ne pas subir le regard de l’autre , qui nous juge parce qu’on vit les choses différemment de lui …

mon infirmière , aurait du être à l’écoute , au lieu de me renvoyer l’image d’une mère indigne , elle aurait pu juste me dire que ce que je ressentais était normale et que ça allait s’arranger … comme une copine qui m’a appelé un jour pour me déculpabiliser ! parce que , elle aussi était passé par là et qu’elle sait ce que c’est … et il a suffit d’UNE voix parmi 100 pour me rebooster …

mes amis auraient dû être plus présents, supporter les sautes d’humeur des premières semaines, respecter les nouvelles règles , ramener un pack d’eau pour dire  » je me suis dit que tu n’aurais pas eu le temps de faire des courses « , ou juste envoyer un message qui dit je suis là si besoin de te faire à manger ou de t’emmener prendre l’air ….

ça m’a pris plus de temps pour écrire ce post, parce qu’entre deux lignes je devais remettre sa tétine au petit, ou lancer la machine, ou remettre le son des vagues ..

chaque jour qui passe est une nouvelle découverte , découverte de ce petit être qui chamboule la vie, et qui me fait découvrir une nouvelle moi, capable de dormir 3h par nuit, capable de rester sans cheveux lisses , capable d’être PATIENTE , capable de supporter une douleur physique , et surtout une nouvelle moi dont je n’ai jamais suspecté l’existence ! celle qui sait mettre les besoins d’un autre être avant les siens, et ça aussi ce n’était pas inné et ce n’est pas facile tout les jours, mais se sont des choses qu’on apprend…

 

je n’ai pas pleuré à la maternité , mes moments d’émotion étaient plus intimes , ils ont pris le temps d’arriver mais ils sont arrivés, je ne sais pas si je fais les choses bien mais j’apprend petit à petit , j’ai enfin accepté que je ne pouvais pas tout faire et vite, je ne suis pas une super maman qui allaite, cuisine maison, fait les courses, cours 1H ,et prépare un diner de noël pour 10 , j’ai décidé de prendre les choses très très lentement, de laisser la nouvelle moi trouver sa place

2017 est l’année de la reconnaissance pour moi, je suis reconnaissante pour le temps que j’ai eu pour me ressourcer , me lancer dans une aventure entrepreunariale, tester la vie au Maroc et dire non je ne suis pas tout à fait prête , reconnaissante d’avoir su encore une fois laisser partir ceux qui souhaitaient partir, reconnaissante pour l’apprentissage , même parfois difficile , reconnaissante d’avoir l’immense chance d’avoir un enfant , d’avoir appris que même si un accouchement n’est pas magique et féérique , c’est une manière que dieu a trouvé pour m’apprendre une des leçons les plus  enrichissantes de ma vie : Une chose extraordinaire , peut naitre d’une  douleur qu’on pense insurmentable … donc dorénavant au lieu de combattre la douleur , quelqu’elle soit je l’accueillerai et avec impatience j’attendrai de voir de quelle chose extraordinaire elle me fera accoucher …

 

Sur ce je vous souhaite à tous une très belle fin d’année , et que 2018 vous rapproche un peu plus de vous même :)

Une marocaine qui apprend

Soyez le premier à laisser un commentaire

Current month ye@r day *