Eat…Pray…Love..?

guillemets

 

J’ai fait une rencontre troublante  en Allemagne

Dans un bar cosy, en plein centre ville, du nom de « Karen »…

J’émergeais de ma sieste et je passais la soirée à regarder mon pote, à parler avec sa copine, et savourer les premières brises de l’été…

Et j’ai croisé Erik… un allemand, blond, froid au premier contact, et assez intimidant…

Je ne suis pas le genre de personne qui va naturellement vers les gens que je ne connais pas

Mais quelque chose chez Erik m’a interpelé..

Ce genre de signe qui te pousse à parler, à demander, à t’intéresser à l’autre…

Erik a un tatouage tibétain sur l’avant bras…

Ma copine un peu pompette lui a demandé ce que ça voulait dire, moi je n’osais pas, je regardais la scène, j’écoutais et je n’intervenais pas…

Erik a expliqué que ce tatouage est ce qui le relie à un des 5000 Buddha, au buddha qui a  fait la promesse d’être le dernier à entrer au Nirvana, une fois qu’il aura sauvé la dernière âme sur terre…

Ma copine pompette lui crie : « bah c’est une prière en fait ? »

Lui : « Non, ce n’est pas ça… c’est une sorte de … »

Il semblait chercher son mot

J’ai terminé sa phrase : « une sorte de connexion… »

Il m’a regardé, et j’ai compris que ce mec allait me troubler…

-           »Oui, c’est le mot »

-           »Et ça marche ? »

Il m’a sourit, son masque de froideur venait de tomber : « Most of the time… »

Erik a toujours été perdu dans sa vie, en modèle typique européen, ses problèmes ont toujours tourné autour de payer ses impôts, son loyer, économiser pour le futur, régler les factures de ce mois, et se débrouiller pour ceux du mois prochain… s’offrir des vacances une fois par an, trouver une fille….. des filles..

Un jour, il est tombé sur un livre, sans titre, dans une boîte parmi tant d’autres…

Il ne le savait pas encore, mais il venait de payer 50 centimes, pour le « Livre tibétain de la vie et de la mort »…

Je savais de quoi il me parlait, parce que notre Hajar national l’a lu aussi…

Son avis sur le livre est par ici…

Erik a pris 12 mois pour lire son livre, il m’a dit absorber chaque page petit à petit, lire pendant 2 semaines, et reposer le livre…

Et il a commencé à marcher… marcher sans penser à la prochaine étape, sans penser au point d’arrivée, la seule chose qui comptait c’était le premier pas, et le suivant ……

Il a commencé à se poser des questions sur la vie, les religions…

A se dire qu’islam, judaïsme, bouddhisme…. étaient des noms différents pour une seule et unique chose… notre quête d’énergie positive…

Les objectifs d’Erik ont changé depuis, il s’est mis en quête de son centre, de son équilibre…

Le bar a fermé ses portes, on s’est retrouvés à écouter Roxette, à la lueur des bougies…

Erik a allumé sa première cigarette de la soirée…

J’ai pris mon sac pour partir, mais j’avais besoin de savoir : « tu l’as trouvé alors ? Ton équilibre ? »

Il a soufflé la dernière bougie, je devinais son sourire dans le noir : « Still looking.. »

Ce soir là dans mon lit, j’ai beaucoup pensé à Erik,

A sa vision de la vie

Et je me suis demandé si dans l’âme de chacun de nous, il n’y’a pas un tatouage, une sorte de connexion qui nous relie à l’optimisme

Si comme Erik nous ne sommes pas consciemment ou inconsciemment à la recherche de notre équilibre…

Et comme Erik nous n’avons juste pas encore trouvé le bon chemin

On relie notre équilibre à un homme ou une femme, on le relie à l’argent

On se fait tatouer le nom de notre amour

Et on se dit que jamais on ne sera heureux sans lui, sans elle, sans cette super voiture, ce sac Hermès, cette maison au bord de la plage, ses 3 enfants qu’on va voir naître…

Et on rencontre l’amour, on obtient le job de rêve, on se paie la voiture de notre jeunesse, mais le vide est toujours là…

Erik est en chacun de nous….

Mais combien de nous ont trouvé leur équilibre ?

Combien d’entre nous, le cherchent -t- il vraiment ?

Une marocaine pensive

Soyez le premier à laisser un commentaire

Current month ye@r day *