Carpe Diem….

06peau

 

Je n’avais pas mis les pieds en Italie depuis l’année dernière…
Un volcan avait annulé ma semaine en Crête et j’ai fini pas me rabattre sur Venise…

Et je n’avais pas mis les pieds à Milan depuis 3 ans…
Lors de ma première visite j’ai été invitée à prendre le café chez un couple d’italiens amis d’une amie.. Elena et stefano…
Un couple de retraités, qui habitaient à l’abri du brouhaha milanais, dans une jolie petite maison de banlieue…

3 ans auparavant, ils avaient perdu leur fils unique.. Dans un accident tragique… Son corps a été retrouvé flottant dans la rivière.. Très amoché… Et le coupable n’a jamais été identifié…
Le couple vivait seul depuis…Recevait peu de monde, sortait très peu..
La chambre d’Alessandro est restée intacte, le temps s’est arrêté depuis sa mort… Comme s’il allait pousser la porte et entrer prendre sa mère dans ses bras d’un instant à l’autre.

Ils m’avaient énormément touché…
Elena par son instinct maternel
Stefano par son humour, je le revois encore crier en faisant le salut militaire : « vive la France vive la république!!! »
On a mangé des gateaux, du Gelato, et on a fini par un café..
Et je prends mon café sans sucre…
Elena insista pour m’en mettre, me prit la main et me dit: « la vida Amara, prendere el café dolce… »
« La vie est amère, ajoutons du sucre au café… »
Elle ne savait pas si bien dire…
2 ans après, elle perdait Stefano suite à une maladie qui commença par le paralyser avant de l’emporter…
2 mois après Elena était trouvée gisant dans sa salle de bain… Elle ne pouvait plus supporter la peine, et a mis fin à ses jours pour rejoindre les deux hommes qu’elle a aimé…
C’est le genre d’histoire qu’on lit, on pleure en le lisant et on se réconforte en se disant que c’est pas une histoire vraie…
Et c’est tellement dur de savoir que ces gens ont existé.. Que la souffrance était insupportable …
Elena m’avait reçu chez elle… m’avait pris dans ses bras … m’avait mis du sucre dans mon café pour adoucir ma vie…
Elena n’est plus…
Parce qu’elle n’avait personne pour ajouter du sucre à son café…
Et atterrée dans ma voiture devant sa maison vide, j’ai pensé à la vie, est-ce qu’on a un quota de bonheur…? Qu’une fois épuisée ne revient jamais…
Est-ce que le bonheur est comme une part de gâteau … Une fois achevée .. On ne nous sert plus…
Est-ce qu’un malheur ne vient jamais seul? Perdre un fils et un mari en moins de 4 ans… C’est tragique… Et est-ce que injuste est le mot?

Si la vie est aussi amère,et que nous avons une provision de sucre non renouvelable, ajoutons du sucre aussi longtemps qu’on peut… Aimons autant qu’on peut… Rêvons autant que possible…

J’ai fini par démarrer, je me suis posée dans un petit café, et pour la première fois depuis longtemps j’ai ajouté du sucre à mon nespresso…
Si de là où elle est, Elena pouvait me voir, je lève ma tasse et je lui dis: « saluté! »

 

Une marocaine triste..

2 Comments

  • Répondre février 20, 2014

    Leïla

    Poignant! Merci Leïla!

  • Répondre mai 8, 2014

    Yasmina

    oh très triste l’histoire, c’est très émouvant

Répondre

Current month ye@r day *