Aveux d’un dragueur chronique

 

grant_wb_goslinggangster_576

 

Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs,

Je suis désormais prêt à faire mon coming-out aujourd’hui: je suis un dragueur   maniaco-compulsif, mais pour faire simple on va dire ‘chronique’.

Je crois en toute objectivité que c’est une pathologie dont souffre la plupart des hommes, malheureusement seuls certains acceptent de l’admettre, et une poignée seulement choisit de l’avouer sur la place publique.

Ma mégalomanie m’oblige à faire partie de cette poignée d’hommes qui veut vous l’avouer et vous inviter à pénétrer le temps d’un instant l’immensité de son jardin secret (en ce qui me concerne, ce n’est pas un jardin mais une exploitation agricole, mais passons ce détail).

 

Je suis un dragueur chronique, en ce sens que peu importe mon statut matrimonial (célibataire, en couple, en instance de rupture) je ne peux m’empêcher de draguer, mais attention je ne drague pas tout ce qui bouge: uniquement les filles qui de par leur sensibilité, leur charme et leur aura paralysent tout sens de rationalité chez moi. Il se trouve que je vis à Paris et que de telles filles existent bel et bien, contrairement au Maroc où il s’agirait beaucoup plus de chercher une épingle dans un botte de foin. Bon, je vous avoue que j’ai vite fais d’un cas (en l’occurrence le mien) une généralité, mais ayant vécu à Rabat (manque de diversité et de pluralisme d’établissements nocturne oblige) il n’y a pas beaucoup d’endroits où l’on peut croiser ces charmantes créatures, hormis dans un cadre culturel : centre culturel français, centre culturel russe, bar le pietri…, ou lors de soirées privées dans les quartiers chics de la capitale : ambassadeurs, souissi, bir kacem, zaers…, mais dont l’accoutumance devient assez vite délétère. Bref, contrairement à Paris où la mixité culturelle vient se joindre à l’extraordinaire cosmopolitisme, vous l’aurez compris: Paris est magique, et les parisiennes (où dans une plus large mesure les franciliennes) vous vendent du rêve!

A ce sujet, j’ai eu la malheureuse manie d’ajouter certaines filles sur facebook -à l’époque où fb était à la mode- et d’en croiser une par le plus pur des hasards lors d’une soirée privée, il se trouvait qu’elle était la cavalière d’un de mes plus proches amis,  je vous passe le moment d’embarras où la fille que j’avais entre temps complètement oublié me sort « mais tu es le mec que j’avais croisé à la plage et qui m’a ajouté sur facebook », heureusement pour moi j’avais assez d’autodérision pour vite tourner la situation à mon avantage et aujourd’hui elle compte dans la catégorie des fidèles parmi les fidèles (la fille ayant fait une prépa hec à descartes, EM Lyon, Master de droit à la sorbonne…je peux vous certifier que c’est l’une des perles rares qu’on a la chance de connaître).

 

Trêve d’anecdotes peu subtiles, j’en viens maintenant au rayon fidélité.

Je vois déjà certains d’entre vous venir, en me martelant le sacro-saint de la fidélité, mais réveillez-vous! Nous sommes au XXIe siècle, à l’ère de la décadence, de la débauche, des mariages homosexuels, de la transsexualité, du travestissement… Et vous osez me parler de fidélité?

Soit, permettez-moi alors de vous parler de la fidélité telle que je la conçois: c’est une forme comme une autre d’amour, ni plus ni moins! Lorsque j’aurai trouvé LA fille de mes rêves, je n’aurai alors d’yeux que pour elle, le reste du monde m’importera peu puisqu’elle sera la seule à pouvoir détenir les clés de mon cœur, comment pourrai-je m’en détacher? Et c’est là où le bas blesse messieurs, et je ne prendrai pas des pincettes pour vous confronter à votre réalité: passé le cape de la fille merveilleuse avec laquelle vous finirez votre vie et que vous voyez en elle la mère de vos enfants, vous commencerez à réfléchir avec votre verge, vous vous cacherez alors lamentablement derrière la légende urbaine du « Je suis fidèle à moi-même » ou « Je suis fidèle à mes principes », mais vous ne méritez en réalité aucune once d’amour: vous êtes si égoïstes et égocentriques que vous écartez totalement votre femme de l’équation.

Vous avez le droit de ne pas me croire et penser que ce ne sont que des paroles, mais sachez que j’en ai qu’une des paroles! Et je ne me permettrai pas de parler de ce dont j’ignore: je ne connais pas encore cette fille qui me fera vibrer et me fera découvrir l’Amour, donc sauf preuve du contraire, je suis présumé innocent et ma parole vaut foi !

Fort heureusement pour moi, je sais faire la nuance entre un connard fini et un canard amadoué, je me défini comme une catégorie hybride, que je sois avec une copine ou célibataire mon seul paratonnerre est le sentiment que je partage avec ma conquête, partant de ce postulat je ne pourrai en aucune façon que ce soit me blesser, blesser ma copine ou blesser ma conquête. Et tant mieux pour moi car je sais les choisir intelligentes, et une fille assez éveillée ressent lorsque son copain ne porte plus d’attention pour elle, la délaisse petit à petit et que la passion folle qui les unissait au départ laissera place à un ennui mortel qui aura raison de leur relation.

Oui je suis un dragueur chronique, mais je n’ai jamais admis que c’était une fatalité, c’est une simple diversion qui me permet de survivre dans un monde profondément malade, car rentrer dans le moule et faire partie du troupeau ne m’intéresse aucunement, et m’écœure profondément,  je cherche alors de l’adrénaline, de nouvelles sensations, la joie des premiers rancards… Et non, les sentiments que j’échange avec ma copine            (si tenté qu’elle existe) n’en seront que renforcés, car je saurai qu’au final j’ai délaissé le monde en venant la retrouver elle.

Je joue avec le feu, et comme tout amateur je risque un jour ou l’autre de me brûler, mais que faire? Le risque me fait vivre, et aussi loin que je m’en souvienne c’est même ma raison de vivre: explorer de nouveaux cieux, se laisser aller corps et âme dans une nouvelle aventure, être face à face au danger et le surmonter, se sentir maître du monde: tels sont mes principes directeurs, il en existe tant d’autres mais je ne m’attarderai pas dessus, au passage, et si certains restent septiques face à ma description du risque: faite du parachutisme! Vous verrez de quoi je parle, une sensation de flottement, de vide, de défi de la nature et de l’apesanteur jusqu’au moment ultime où vous décidez de libérer votre parachute pour vous accrocher à la vie, vous saurez alors doser votre amour inconditionnel du risque car votre instinct de survie vous y obligera.

Votre amour sera à l’instar du parachutisme, fait de décollage, de saut dans le vide, de hausse exponentielle d’endorphines, puis de retour à la réalité. Certains réussiront à la perfection leur atterrissage, d’autres le rateront lamentablement, mais vous savez qu’après tout, vous n’êtes pas suicidaire mais tout simplement assoiffé de vie et de joie de vivre.

Voilà, comme toute chose, mon récit prend fin. Je sais que je n’échapperai ni à vos jugements ni à vos critiques, mais sachez simplement que je ne suis qu’un homme, comme il en existe si peu de nos jours, la plupart ayant remplacé leur virilité par un malencontreux machisme et sexisme exécrable ; par conséquent je ne suis pas le prince charmant dont rêvent les filles, sachez que tôt ou tard le prince charmant se transformera en crapaud, alors qu’un simple homme imparfait peut vous rendre heureuses.

 

Hyperiion, un homme en constante admiration des femmes.

16 Comments

  • Répondre juin 15, 2014

    salma

    Trop nul le gars.

  • Répondre juin 15, 2014

    Salwa

    Leila on dirait que tous tes potes sont des dragueurs chroniques ou des playboy incurables.

    • Répondre juin 15, 2014

      Leila

      Qu’est ce qui te fait croire que les gens qui écrivent sur mon blog sont des potes ?

      • Répondre juin 15, 2014

        Salwa

        une hypothèse…j’imagine que tu ne laisses pas n’importe qui écrire sur ton blog :)

      • Répondre juin 16, 2014

        Mahmoud

        Je ne prend pas parti mais il me semble que c’est par exemple le fait que tu as l’air très amie avec Zed et que c’est l’un des auteurs de cette saga !

  • Répondre juin 15, 2014

    Abraha

    « Nous sommes au XXIe siècle, à l’ère de la décadence, de la débauche, des mariages homosexuels, de la transsexualité, du travestissement… Et vous osez me parler de fidélité? »

    Qu’est-ce que les orientations sexuelles des autres ont à voir avec tes principes en matière de relations? C’est pas le fait d’être fidèle ou pas que je critique, mais juste le fait de sortir cette phrase comme excuse. C’est comme si tu faisais passer le taux de criminalité comme excuse pour ta malhonnêteté.

  • Répondre juin 16, 2014

    mehdi

    tbarkellah 3lik :D !!

  • Répondre juin 16, 2014

    saad

    galek saad nta hmar, matafhech fzine!

  • Répondre juin 18, 2014

    Badr

    Dommage, ça aurait pu être intéréssant.
    Pour ta culture, sache que tout ce dont tu parles est traité depuis des siècles.
    Il existe une tradition datant de quelques siècles avant JC (Pas Jean Claude), créée (ou démocratisé) par Démocrite et Aristippe de Cyrène , qui a revu le jour pendant les lumières avec Diderot et qu’on retrouve aussi chez Spinoza : L’atomisme.
    Qu’est ce que la fidélité?
    1- Considérer que le corps de l’autre nous appartient
    2- Considérer que les instints de ce même corps sont sales
    3- Considérer que l’âme est noble
    Et ça c’est Platon, alors jette Platon aux oubliettes, accroche un Hareng au bout d’une ficelle et va te ballader à saint germain! Tu découvriras alors l’atomisme et la liberté.

  • Répondre juin 18, 2014

    Ambre

    Auncune valeur ajoutée cet article

  • Répondre juin 19, 2014

    Déçue

    Un style qui se veut être « soutenu » mais qui part dans tous les sens. Manque total de structure…
    Moi qui attendais avec impatience un nouvel article, je reste sur ma faim

  • Répondre juin 19, 2014

    Sabrina

    Dsl j’aime pas trop celui la je préfère de loin Zed et j’attend son prochain article avec impatience

  • Répondre juin 21, 2014

    ibtissam

    j m excuse mais j ai pas trouvé cet article intéressent .. c’est un peu ennuyant car j ai senti qu il ressemble à l autre article : ds la tete d’un homme.. on dirait le meme mec :) .. ( PS: meme si je suis une grande fan de ce blog .. ^^ )

  • Répondre septembre 12, 2014

    Eléna

    Mais pk non mais bordel pk mais pk, d’ailleurs dans klk années on aura plus aucune différence avec les animaux, et plus rien inquiète personne.

  • Répondre mars 3, 2015

    ***

    Euh, vous y allez un peu fort sur les commentaires …
    Je trouve ce qui est dit très profond et très vrai aussi, il ne s’agit pas de fidélité mais de plaisir, de conception différente en quoi cela peut-il être offensant ? Surtout lorsqu’il affirme une certaine forme de fidélité…

Répondre Cliquez ici pour annuler la réponse.

Répondre à saad Annuler la réponse.

Current month ye@r day *