A little story

Illustration Garance Dore

Illustration Garance Dore

 

Il est 3h du matin à New york , je suis devant mon ordi à lire et relire du texte, à écouter de la musique et à attendre un pote qui tarde à arriver

Il fait chaud, la fenêtre est ouverte, de temps à autre je regarde la rue

Je décide de changer de musique et c’est là que je les entend

Un homme et une femme assis devant ma porte, elle a la larme à la gorge

Rachel est perdue, il lui demande ce qu’elle fait , dans le froid, pourquoi elle refuse toujours de prendre une décision, pourquoi malgré tout l’amour qu’il lui porte il est incapable de la rendre heureuse

Rachel dit qu’elle a froid

il répond:  alors on sort ou on rentre? pourquoi es tu incapable de prendre une décision?

Rachel pleure , je devine que le problème est plus grave que sortir ou rentrer, ils parlent du passé, de ce qui a changé ou pas

Il se lance dans un monologue que seuls les américains maîtrisent ( et les égyptiens) sur oh combien il l’aime, oh combien elle le rend  a better man,

Moi je pense, vas y Rachel si tu l’embrasse pas, moi je sors lui rouler une pelle

Rachel continue à pleurer et à dire qu’elle a froid

ça fait 10 minutes que je les écoute, je me sens proche, j’ai envie de sortir la tête et de leur dire, Bonjour ( le français te fait faire des amis très vite ici) venez ,entrez on se prend un verre et si Rachel n’est toujours pas intéressée moi je le suis

il dit , mais parle moi, est ce que c’est pour lui que tu fais tout ça

mes oreilles se dressent comme un chien à la chasse, il y’a un autre? sacrée Rachel

j’ai envie de voir à quoi elle ressemble, mais ça veut dire sortir de ma cachette

j’ai envie de savoir à quoi ressemble l’américain sosie ( sosie de voix j’entend bien) de John dans « dear John » mais je reste là, j’arrête de respirer pour savoir c’est qui l’autre …

Rachel se met à crier, toujours qu’elle a froid et qu’il dit n’importe quoi

Je meurs d’envie de lui dire si t’as froid t’as qu’à te couvrir ma petite dame, on arrête donc de se plaindre et on offre un show à la gentille  Leila qui a payé good money pour vous voir

Le mec lui dit: tu es toujours comme ça. tu crois que j’en ai pas marre de tes cris? je veux juste te parler, il a placé deux ou 3 fois the F word

Elle dit mais moi aussi je veux te parler ( voix sensuelle, sacrée Rachel)

Je suis derrière mon rideau à crier ( dans mes pensées of course) le bisou, le bisou, le bisou

Il lui prend la main ( je n’ai pas vu mais j’imagine que c’est ça) et ils sont entrés dans l’immeuble

Et on ne saura jamais ce qui est arrivé à Rachel

Et je suis là à vous raconter cette histoire et à chercher surtout la morale

Et à part que moi je suis à ce stade de ma vie où je vis l’amour par procuration derrière un rideau, je ne vois pas ce que je peux vous dire d’autre

Ah si, que les américaines crient aussi forts que nous ,mais ça doit être ça le langage universel de l’amour

Sur ces bonnes paroles je vous dit bonjour si vous êtes de l’autre côté de l’atlantique moi je vais me coucher

 

Une marocaine à New York

 

Soyez le premier à laisser un commentaire

Current month ye@r day *