A date with Hadda, Touria et les autres !

2624602-la-source-des-femmes-un-conte-oriental

 

Je me baladais dans Rabat avec le papouné d’amour (ça sonne ado c’est ça ? M’en fous c’est mon père je l’appelle comme je veux !)  à la recherche du premier livre de Larbi Batma  « Arra7ile »( Le départ) .

Je me souvenais l’avoir lu plus petite, et je ne sais pour quelle raison j’étais prise d’une envie folle de le relire  (peut être bien pour me rappeler que Batma c’est avant tout Larbi, et non Dounia, pas que j’aie un problème avec cette femme en particulier, c’est juste que je trouve que l’art se perd dans des futilités..) .

Ce livre a « quitté » mon père il y’a longtemps, et à chaque fois que j’oublie ce « détail » et que je lui demande de me le prêter il répond : « Ton salaud de cousin l’a emprunté et l’a jamais rendu. Je peux lui pardonner d’avoir fracassé la voiture de ta mère (papa ne prête pas la sienne !) , mais jamais au grand jamais je ne lui pardonnerai d’avoir perdu mon livre. Je te dis moi, s’il y’a UNE règle à respecter dans ta vie c’est celle-ci : NE PRÊTE JAMAIS TES LIVRES A PERSONNE ! »

Je sentais qu’il commençait à s’énerver, je lui ai proposé un thé, il l’a bu, cul sec !  Mais je sais que le jour où il croisera mon cousin (installé aux US depuis quelques années) il lui réglera son compte à coups de baffles chaudes.

On a donc sillonné les rues de Rabat à la recherche du Saint Graal « Batmanien » , quand mon regard s’est posé sur un livre, là par terre sur l’Avenue Mohammed V : « Femmes politiques au Maroc d’hier à aujourd’hui » j’ai pensé : « Y’a-t-il assez de femmes pour remplir les pages d’un livre ? » ensuite j’ai  filé 70 balles au vendeur , 15min plus tard j’attaquais la première page , un « berrade d’atay » sur la table, et mes grosses lunettes de myope sur le nez .

Et tourner chaque page avait l’effet d’une gifle pour moi, de un , parce que des femmes d’influence politique et sociale il y’a en eu depuis la nuit des temps, de deux parce que le MONDE visiblement les connaissait mais pas moi , et de trois parce que l’histoire les a passé sous silence et ce dans leur propre pays … J’allais de honte en admiration au rythme des histoires …

Honte que les histoires de ces femmes me soient « inconnues », comme une insulte à leurs mémoires et à leurs causes …

Admiration devant tant de « force » et de « sagesse ». Moi à qui personne n’a appris à l’école que la première femme pilote du monde arabe était marocaine, ni que le terme « chikha » ne voulait pas dire prostituée mais que c’est bien le « titre » d’une femme poète qui transgresse les interdits de son époque.

L’histoire de ces femmes du Maroc a été ignorée,  et « omise » de notre système éducatif, je ne sais pas pour vous mais moi personne ne m’a parlé de femmes « inspirantes » de l’histoire de notre pays…. Et pourtant des figures inspirantes de la femme marocaine il y’en a de quoi remplir des livres….

J’ai donc décidé que suite à mes nuits parisiennes passées avec Fatima, Hadda , Kherboucha,Tin Hinan, Aicha Lhorra, Touria ,  je leur devais de raconter leurs histoires !

Je vais donc honorer la mémoire de ces femmes, en vous racontant leurs vies , parfois des combats, parfois des inspirations, parfois des prises de positions politiques, parfois des guidances spirituelles et religieuses, mais toujours des histoires qui méritent d’être racontées, comme une réhabilitation de leurs mémoires… parce que d’aussi « beaux » récits , aussi forts, ou tristes ou révoltants  soient-ils, m’ont ouvert encore plus les yeux sur la beauté de notre « patrimoine féminin » , de Oulad Zayd aux murs de Fès et jusqu’aux portes du Sahara , et réconforté dans ma fierté d’être une femme mélange berbère/arabe/andalouse …

Retrouvons nous donc très vite, pour un voyage à Asfi sur le son de l’Aïta à la rencontre de Hadda , dite Kherboucha , et croyez-moi quand je vous dis que vous ne regarderez plus jamais une chikha de la même manière .

Une marocaine honorée

Référence:   »Femmes politiques au Maroc d’hier à aujourd’hui » Osire Glacier aux Editions Tarik

3 Comments

  • Répondre janvier 24, 2014

    Lamirose

    Prem’s…eh oui les femmes ont été volontairement oubliées . C’est triste mais nous sommes là pour changer cela n’est ce pas? …et des livres comme celui que tu as trouvé devraient être enseignés à l’école…(l’école ou on nous avait parlé des grands hommes du Maroc mais jamais des grandes Dames)
    il y a aussi « l’histoire de la femme dans le maghreb islamique » de Abdelhadi Tazi (grand historien du Maroc)

    • Répondre janvier 24, 2014

      Leila

      Et oui ma poule, perso, il est temps pour moi de m’informer un peu mieux ;) merci pour le livre

  • Répondre janvier 25, 2017

    rim kaanane

    Bonjour,

    Je viens de découvrir ton site web et j’aime bien tes écritures.

    J’ai besoin de ton adresse mail ou contact Facebook pour une collaboration.

    Cordialement

Répondre

Current month ye@r day *